Mercredi après-midi aux Etats-Unis, une journaliste et son caméraman ont été tués lors d'un duplex. Le tireur, après avoir expliqué son geste, s'est ensuite donné la mort.

Alors qu’ils étaient à l’antenne, Alison Parker, une journaliste de WBDJ7, une télévision locale de Virginie (Etats-Unis), et le caméraman Adam Ward ont été abattus par un certain Vester Lee Flanagan, un ancien présentateur de la chaîne de télévision.

Le tireur de 41 ans sera retrouvé quelques heures plus tard, sur le bord d’une autoroute, après avoir tenté de se suicider. Mais celui-ci est décédé suite à ses blessures quelques heures après à l’hôpital.

A lire aussiEtats-Unis : deux journalistes tués en direct pendant une fusillade

Le racisme au cœur de la tuerie

Avant de commettre l’irréparable, Vester Lee Flanagan a laissé plusieurs informations pour expliquer son geste meurtrier. Sur Twitter, ce dernier avait pris son pseudonyme de présentateur, Bryce Williams, pour envoyer plusieurs messages. Ainsi, concernant le caméraman, le tireur serait allé se plaindre aux ressources humaines après avoir travaillé avec lui "une fois". Concernant Alison Parker, il écrit qu’elle a fait "des commentaires racistes", ce que l’homme (afro-américain) n’aurait pas supporté.

Sur le même réseau social, Bryce Williams, alias Vester Lee Flanagan, a tweeté peu après la fusillade une vidéo de sa tuerie où on le voit brandir un pistolet pointé en direction de la journaliste.

Un geste prémédité

Il ne fait nul doute désormais que l’homme a prémédité son geste d’autant plus que son compte Twitter avait été créé quelques jours avant le drame. Il a également envoyé un fax à la chaîne ABC qui le recevra "deux heures" après l’attaque. Dans celui-ci, il est écrit que l’afro-américain dit avoir "souffert de discrimination, de harcèlement sexuel et de bizutage au travail. Il dit avoir été attaqué par des hommes noirs et par des femmes blanches et raconte avoir été attaqué pour le fait qu'il est un homme noir et homosexuel"

Vester Lee Flanagan n’en était pas à ses premières accusations. Renvoyé de la chaîne il y a deux ans, celui-ci avait déjà engagé des poursuites pour racisme contre un ancien employeur d’une autre chaîne de télévision parce qu’un producteur l’aurait traité de "singe", ce que la chaîne avait nié.

Vidéo sur le même thème : Deux journalistes tués en Virginie : le récit des faits

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !