Comme chaque début de mois, certaines douloureuses voient leur montant augmenter, d’autres affichent une légère baisse. Découvrez tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, impactera votre portefeuille en mars 2018.

Ce n’est pas parce qu’il gèle à l’extérieur, que les tarifs stagnent pour autant. Pour preuve, le mois de mars ne fait pas exception à la règle. Au moins trois nouveaux ajustements tarifaires ainsi qu’une régularisation plus stricte sont susceptibles de vous concerner à partir de ce jeudi.

3 % de moins pour les tarifs réglementés du gaz

Comparés à février 2018, les tarifs réglementés du gaz pratiqués par Engie notamment ainsi que par des régies locales de distribution afficheront une baisse de 3 %. De fait, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a en effet accepté la formule tarifaire proposée par le fournisseur d’énergie prévue à partir du 1er mars 2018. Au total depuis 2015, les tarifs réglementés de vente du gaz ont baissé en moyenne de 13,7 %, tient à souligner la CRE. Si bien qu’au final, le montant de votre facture annuelle devrait afficher une baisse (hors taxes et contribution tarifaire d’acheminement) de 1 % pour ce qui concerne la cuisson, de 1,8 % pour ce qui est de l’eau chaude et de la cuisson, de 3 % côté chauffage et de 3,5 % pour tout ce qui porte sur la petite chaufferie.

Augmentation des prix du tabac

Quantité de paquets de cigarettes vont voir leurs tarifs augmenter de 1 euro environ à partir de ce 1er mars 2018. En cause : la hausse des taxes auxquelles les fabricants sont soumis. Lesquels fabricants ont donc, en partie tout du moins, choisi de répercuter cette augmentation sur les montants pratiqués. Du côté du gouvernement, il s’agit, là encore, de faire en sorte de dissuader les consommateurs d’acheter du tabac.

Un nouveau montant pour la vignette Crit’Air

Au rang des bonnes nouvelles, le prix de la fameuse vignette Crit’Air, obligatoire pour utiliser votre véhicule dans certaines grandes villes, diminue à partir de ce jeudi. Son prix passe désormais de 4,18 euros à 3,62 euros (frais postaux inclus) et concerne les demandes formulées à partir du 1er mars 2018.

Et une régulation des locations Airbnb à Bordeaux

Publicité
Après Paris, c’est donc au tour de Bordeaux d’instaurer une très stricte régulation des locations de logements effectuées via des plateformes de type Airbnb. Depuis ce jeudi 1er mars, les Bordelais aspirant à louer une pièce ou plus via ces plateformes auront l’obligation de s’enregistrer en mairie. Après une déclaration visant à leur permettre de s’acquitter de la taxe de séjour, les propriétaires auront la possibilité de louer leur bien jusqu’à 120 jours par an. Au-delà, ils seront contraints de déclarer un changement d’usage de leur bien.

En vidéo - Ce qui change au 1er mars


mots-clés : 2018

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet