Avec la baisse du chômage, environ 4 000 agents de Pôle emploi pourraient perdre leur travail, révèle Le Journal du dimanche.
L'inquiétude est de plus en plus grande chez Pôle emploi. ©AFP.AFP

Quatre milliards d'euros de coupes budgétaires

Mauvaise nouvelle pour les employés de Pôle emploi. Alors que le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité est à la baisse, l'établissement public pourrait licencier de nombreux agents. Selon les révélations du Journal du dimanche, près de 4 000 postes seraient en danger sur les 55 800 existants. Ces suppressions pourraient avoir lieu d'ici à trois ans. Une décision qui agace les syndicats. "4.000 postes en moins, c’est surréaliste !", s’alarme dans le JDD David Vallaperta, conseiller et élu CFDT au comité central d’entreprise.

Publicité

Ces licenciements seront la conséquence de coupes budgétaires d'ici 2022 qui s'élèveront à quatre milliards d'euros. Un chiffre qui a été avancé par le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères. Selon l'hebdomadaire, le gouvernement estime qu'avec moins de demandeurs d'emploi il faut donc moins de conseillers. Un nouvel argument qui ne convient pas aux syndicats. "La baisse du chômage ne signifie pas une diminution de notre charge de travail, car il y a une forte hausse des demandeurs d’emploi cumulant une activité partielle et une allocation", explique encore David Vallaperta.

Publicité

"Pas de décision prise"

Afin de calmer les tensions naissantes, la direction de l'organisme affirme qu'il "n'y a pas de décision de prise quant aux effectifs. Cette question devra être abordée dans un contexte qui prend en compte les nouvelles charges pesant sur Pôle emploi". Actuellement, un peu plus de 5,6 millions de Français sont inscrits à Pôle emploi.

EN VIDEO - L'enfer des guichets : Le Pôle Emploi