Dans le bras de fer juridique qui l'oppose à son ex-mari, le Cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum, Haya de Jordanie a remporté une victoire. D'après les informations du Daily Mail, la justice britannique a décrété que l'émir de Dubaï avait commandité l'enlèvement et la torture de deux de ses filles.
Haya de Jordanie en fuite : un tribunal londonien lui donne raison contre son mari, l'émir de Dubaï

En juillet 2019, Haya de Jordanie déchaînait les passions lorsqu'elle avait pris la fuite et demandé le divorce du Cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum, après quinze ans de mariage. La princesse avait pris la poudre d'escampette pour se réfugier en Allemagne puis au Royaume-Uni et avait même fait appel aux avocats du prince Harry et du prince William. Depuis, c'est un véritable bras de fer juridique qui oppose les ex-époux. Mais dans cette bataille, Haya de Jordanie est gagnante, comme le révèle cet article du Daily Mail. Ce jeudi 5 mars, un tribunal londonien a statué que l'émir de Dubaï avait commandité l'enlèvement et même "la torture" de deux des filles, les princesses Shamsa et Latifa, qui, elles aussi, avaient tenté de s'enfuir.

Tandis que la première avait tenté de fuir Dubaï en 2000, la seconde avait fait de même dix-huit ans plus tard avant d'être rattrapée par des commandos envoyés par son père, sur un yacht. Toujours d'après le tabloïd, "aucune des deux princesses n'a été aperçue récemment". Elles seraient "enfermées dans le palais de leur père", âgé de 70 ans. Le tribunal a, ainsi, reconnu que le chef du gouvernement des Émirats arabes unis avait agi "contrairement au droit pénal de l'Angleterre et du Pays de Galles, au droit international, au droit maritime et aux normes des droits de l'Homme internationalement acceptées". Pour le juge, le Cheikh a agi, dès la fin de l'année 2018, "d'une manière visant à intimider et...