Le policier Kévin Philippy, agressé par des casseurs qui ont brûlé sa voiture mercredi dernier, a été décoré par Bernard Cazeneuve samedi. Il précise avoir "déjà pardonné" à ses agresseurs.

Les images ont fait le tour de France, et sans doute du monde. Mercredi dernier, en marge d'une manifestation, des casseurs ont pris d'assaut une voiture de police dans laquelle se trouvait deux agents. L'un des casseurs avait mis le feu à la voiture, sans doute à l'aide d'un fumigène, tandis qu'un autre était en train d'agresser à coup de barre en plastique un policier. Celui-ci avait alors fait preuve de sang-froid en ne sortant pas son arme et en parant les coups de son agresseur, dans un style "kung fu".

Ce policier, qui s'appelle Kévin Philippy, est âgé de 29 ans. En récompense de son courage, celui qui n'était qu'adjoint de sécurité a été décoré de la médaille d'or de la sécurité intérieure et promu gardien de la paix, lors d'une cérémonie samedi au ministère de l'Intérieur. Visiblement ému, l'homme n'a pu retenir quelques larmes après avoir été décoré par le ministre. Sa collègue Alison Barthélemy, elle aussi dans la voiture attaquée, a elle aussi été décorée en compagnie d'autres membres des forces de police et gendarmerie.

"Si j'avais sorti mon arme ou donné des coups, ma carrière aurait pu se terminer là"

"J'ai demandé au directeur général de la police nationale, en raison de l'image qu'il a donnée de l'institution, de bien vouloir prendre toutes dispositions pour que Kevin puisse être intégré comme gardien de la paix dans la police nationale", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, saluant "l'extrême maîtrise" du policier. François Hollande est ensuite arrivé sans prévenir au ministère pour saluer le policier, devenu un héros sur les réseaux sociaux.

A lire aussi VIDEO Voiture de police incendiée : le sang-froid remarquable du conducteur attaqué par un casseur

Au médias présents lors de la cérémonie, Kévin Philippy avait déclaré : "Je ne suis pas le seul à soutenir, il y a d'autres collègues sur le terrain et qui prennent plus cher que moi. Ce sont eux les héros, pas moi." "On a essayé de ne pas trop regarder les vidéos", avait déclaré sa compagne Marie. Mais sa réaction lors de l'agression "a rendu fière toute sa famille".

Publicité
Ce lundi sur RTL, le tout nouveau gardien de la paix explique avoir "déjà pardonné" à ses agresseurs. "Je n'ai pas envie qu'ils soient condamnés lourdement. Je n'ai aucune haine contre eux, je suis en paix" confie-t-il à la radio, souhaitant avant tout que ses agresseurs "prennent conscience de leur acte". Le policier explique ensuite pourquoi il n'a pas fait usage de son arme : "Si j'avais sorti mon arme ou donné des coups, je serai passé du statut de héros à celui de zéro. Ma carrière aurait pu se terminer là." 

Vidéo sur le même thème : Voiture de police incendiée : le sang-froid remarquable du conducteur attaqué par un casseur

]

Publicité