Attaques racistes, débat sur les votes du jury, utilité du concours... Le concours Miss France suscite de nombreuses polémiques. Cette fois-ci, c'est le décompte des votes qui est mis en cause.

Miss Tahiti à gauche et Miss France © capture TF1

A en croire le ministre en charge de l'Office des postes et télécommunications du gouvernement de la Polynésie française (TOM), Miss Tahiti, première dauphine, aurait dû être élue Miss France 2014. Marcel Tuihani affirme qu'à partir "de téléphones fixes, il y a eu 124 878 tentatives d’appels depuis la Polynésie française vers la métropole. Sur le numéro en question, seulement 8 431 ont pu aboutir."

 

TF1 pour coupable

Le ministre met en cause TF1. Contrairement à une majorité des départements ou territoires français, les Polynésiens n'avaient pas la possibilité samedi soir de voter par SMS. L'an dernier l'opérateur local, Tikiphone, avait tenté de mettre en place un dispositif de vote par message. Or d'après Marcel Tuihani "TF1 n'a pas voulu faire les tests de validation". Il aurait insisté jusqu'au dernier jour afin que le vote par SMS soit possible. L'homme politique polynésien a déclaré jeudi, lors d'un point presse, que le serveur téléphonique de la chaine "n'a pas pu absorber tous les appels".

 

Publicité
L'écart entre Flora Coquerel, Miss France 2014, et sa première dauphine était d'environ 2%. Si ces quelques milliers de voix n'ont pas été comptabilisées, cela signifie que l'élection aurait pu pencher en faveur de Miss Tahiti. Aussi ce n'est plus un secret de Polochinelle, Miss Tahiti était la favorite du jury.

 

Vidéo extrait élection Miss France:

Publicité