Suite aux réactions qui ont suivi l’article du Figaro sur les aides reçues par la famille de Leonarda, le journal a décidé de préciser les chiffres en détails. Explications.

© AFP

En l’espace de quelques semaines, Leonarda et sa famille auront réussi à semer la zizanie en France. Il y a de cela deux semaines, Le Figaro publiait un article repris par nos soins qui énumérait les aides offertes par la France aux Dibrani. Des dépenses qui ont vivement intéressées des sites très encrés à droite comme Fdesouche. Ce même site web n’a pas hésité à gonfler les chiffres donnés par Le Figaro. Le journal a donc décidé de repréciser les chiffres.

L’article ayant également plu aux lecteurs de Planet.fr, il nous a semblé à nous aussi nécessaire de repréciser les sommes en détails pour que seule la vérité puisse ressortir face aux chiffres erronés donnés par Fdesouche.

Des aides de l’Etat et des associations

A son arrivée en France en 2009, la famille Dibrani a reçu 311 euros d’allocation mensuelle de subsistance, comme pour tous les demandeurs d’asile de l’Hexagone. Cependant, les Dibrani n’ont pas eu le droit à l’allocation temporaire d’attente vu qu’ils n’ont pas logé à l’hôtel mais dans un appartement aux frais de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada). Un soutien du Cada que la famille a obtenu lors de toutes ses demandes d’asiles, même lorsqu’elle a été déboutée par la Cour national du droit d’asile, le 31 janvier 2011.

Par la suite, le Cada a directement transféré le dossier au Conseil général du Doubs pour qu’il continue à verser à Leonarda et sa famille une aide de 350 euros pour le loyer du logement HLM. La famille kosovare a aussi eu le droit à un renouvellement, tous les quatre mois, de la CMU.

Les associations sont aussi venues à la rescousse de la famille Dibrani. Pour que celle-ci assiste aux audiences qui ont lieu à Paris, le Comité de soutien des sans-papiers leur a payé les allers-retours de train vers la capitale.

10 000 euros refusés par le père

Publicité
Les services de l’Office français d’immigration et d’intégration ont pour leur part tout fait pour que la famille de Leonarda quitte la France. Une somme de 8 500 euros a été proposée au père mais celui-ci l'a refusé. Une somme de 10 000 euros lui a même été soumise.

L’expulsion, comprenant une escorte policière et logiquement les billets d’avions, a coûté près de 11 800 euros selon le ministère de l’Intérieur. Mais d’après la Cour des comptes, le retour de la famille Dibrani au Kosovo a coûté près de 14 500 euros.

Publicité