Alors que les derniers sondages le donnent au coude-à-coude avec François Fillon, les marchés financiers s'inquiètent d'un possible duel final avec Marine Le Pen. 

Après Marine Le Pen, les marchés financiers se méfient désormais de Jean-Luc Mélenchon. Il faut dire que dans les derniers sondages, le candidat de la "France insoumise" est crédité de 18 % des suffrages, au coude-à-coude avec François Fillon pour la troisième place.

En attendant le premier tour, les marchés financiers se montrent nerveux à l'idée d'un possible second tour où se retrouveraient Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, dont les programmes économiques ne vont pas vraiment dans le sens de l'austérité.

A lire aussi Présidentielle 2017 : pourquoi Marine Le Pen fait peur à la finance

L'écart entre la France et l'Allemagne s'aggrave

Comme l'écrit le quotidien économique Les Echos, après le "risque Le Pen", les marchés redoutent le "risque Mélenchon". Et ils le font déjà payer à la France, comme le montre la hausse soudaine du taux d'emprunt des obligations françaises lundi.

Publicité
Le "spread" (l'écart) entre la dette française et la dette allemande sert à mesurer la défiance des investisseurs envers la dette française. "Les obligations allemandes, considérées comme les plus sûres de la zone euro, sont la valeur refuge. C'est un placement qui ne rapporte presque rien, que les investisseurs choisissent pour mettre leur argent à l'abri", explique le Huffington Post. En revanche, les marchés estiment que la probabilité d'une faillite de l'Etat français, bien que très faible, reste plus grande que pour l'Etat allemand.

Vidéo sur le même thème : Quand Jean-Luc Mélenchon devient une cible