Dans les coulisses du pouvoir, certains conseillers de François Hollande se livreraient à une bataille de chiffonniers.

L'Elysée est un vrai panier de crabes. Selon le journal Le Monde une petite guerre opposerait certains conseillers de François Hollande.

A lire aussi :Réformes territoriales : François Hollande taclé par un proche

Vincent Feltesse, arrivé d'abord en tant que conseiller à l'Assemblée suite à sa défaite aux municipales de Bordeaux face à Alain Juppé avand d'être nommé, en avril dernier, à la tête du pôle "Elus et études", continuerait de subir le bizutage des deux "Bernard", Poignant et Combes. Peu respectueux de l'autorité, ils mèneraient une vie quelque peu difficile à leur nouveau supérieur hiérarchique.

Notes de travail demandées mais non fournies, invitations à des réuinions hebdomadaires auxquelles ils ne se présentent pas... Pour les deux intimes du président, tous les stratagèmes seraient bons pour saboter le travail de Vincent Feltesse

Objectif de "la guerre des 'Bernard'": conserver leurs liens étroits avec le chef de l'Etat. "Forts de cette proximité, ils enjambent la case Feltesse et font en sorte que leurs notes finissent sur le bureau du président et sur celui de Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l'Élysée", affirme Le Monde.

Une dissience également rejointe par un troisième "Bernard", Rullier de son nom. Cependant, ce dernier resterait modéré dans son bizutage, acceptant de rencontrer des députés avec Vincent Feltesse tandis que les deux autres organiseraient leurs propres rendez-vous avec des élus locaux.

Publicité
Et ce combat de coqs ne semblerait nullement alarmer François Hollande. Toujours selon le quotidien, ce dernier serait "parfaitement au courant" des agissements des ses conseillers. "Il a interrogé l'un de ses conseillers pour savoir s'ils travaillaient ensemble. 'Non', a reconnu ce dernier. Le chef de l'État a acquiescé, sans autre forme de commentaire."

A voir sur le même thème : "François Hollande a inventé les parachutes dorés !"