Arrivé troisième à la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours dimanche soir qui ressemble fort à un discours d'adieu à la vie politique.

La victoire écrasante de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, avec 44,1% des votes, ainsi que celle d'Alain Juppé à 28,6%, ont brisé dimanche les espoirs de Nicolas Sarkozy. Le candidat, qui a plafonné à 20,6%, a reconnu sa défaite dans un discours prononcé juste après les résultats.

Il a notamment remercié son équipe de campagne et sa famille, puis a vaguement évoqué... la fin potentielle de sa carrière politique. "Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique", a-t-il annoncé sous les applaudissements de ses supporters.

À lire aussi – Primaire de la droite : la surprise François Fillon

Nicolas Sarkozy, plus prudent qu'en 2012 ?

Cette déclaration rappelle bien sûr celle qu'il avait prononcée avant sa défaite contre François Hollande, vainqueur de l'élection présidentielle de 2012. L'ex-chef de l'État, interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur RMC, avait alors assuré qu'il abandonnerait la politique si son adversaire était élu.

Publicité
Moins catégorique qu'à l'époque, Nicolas Sarkozy préfère peut-être anticiper un éventuel retour, comme celui qu'il a opéré cette année. En attendant, le candidat affirme n'éprouver "aucune amertume", "aucune tristesse". Il a indiqué qu'il voterait pour François Fillon, sans pour autant donner de consignes à ses partisans.