Samedi, dans une interview, l’ancienne Première dame est revenue sur les attaques dont elle a fait l’objet après sa rupture avec François Hollande. "Il y a forcément des choses qui blessent", explique-t-elle.

Des critiques qui l’ont beaucoup blessée. Samedi, dans une interview accordée à l’occasion de la sortie de son nouveau roman à France Bleu, repérée par Voici, Le secret d’Adèle, Valérie Trierweiler est revenue sur la période de sa vie qui a suivi l’annonce de sa séparation avec François Hollande.

L’ancienne journaliste politique a notamment évoqué la publication de Merci pour ce moment. Ce livre sur sa relation avec l'ancien président avait suscité de nombreuses critiques qui l'ont beaucoup touchée. 'Ça blesse, évidemment. Ça blesse aussi pour ses proches. Et en même temps, je sais qui je suis et je sais que les gens ne me connaissent pas. Avec le portrait qu’on a fait de moi, forcément, ça ne pouvait arriver qu’à ce résultat là", a-t-elle confié.

"Personne n’est blindé. Il y a forcément des choses qui blessent"

Interrogée sur les attaques dont elle est parfois aujourd'hui encore la cible, Valérie Trierweiler a mentionné celles qui étaient les plus difficiles. "Quand on touche à mes enfants", a expliqué celle qui est mère de trois garçons, Anatole, Lorrain et Léonard, au micro de France Bleu. "On n’est pas blindé. Personne n’est blindé. Il y a forcément des choses qui blessent", a-t-elle ajouté.

Publicité
L’ancienne compagne de François Hollande a également parlé du nouveau couple présidentiel et de Brigitte Macron qui est, elle aussi, la cible de beaucoup de critiques. "Ce sont des attaques assez basses parce qu'elle serait plus âgée que son mari et en même temps on a toute envie d'être comme elle quand on aura cet âge-là. Et puis elle se débrouille très bien", a-t-elle déclaré à propos de celle à qui elle avait souhaité "bon courage" à son arrivée à l’Elysée.

En vidéo : Valérie Trierweiler meurtrie par les critiques

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité