Le gouvernement a annoncé jeudi envisager de confier les contrôles de vitesse aux sociétés d’autoroutes. Une idée déjà suggérée par Nicolas Sarkozy deux jours plus tôt.

Nicolas Sarkozy a proposé cette semaine que "les concessionnaires d’autoroute aient la charge de la sécurité", et non plus les forces de l’ordre comme il en est d’usage. Plagiat ou hasard ? Deux jours plus tard, le gouvernement a repris exactement la même proposition, a repéré Le Lab d’Europe 1.

Selon Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, cette mesure permettrait d’effectuer des économies. "Aujourd'hui nous avons dans les voitures deux policiers ou deux gendarmes qui sont des gens très qualifiés (...), nous pensons qu'il y a une meilleure utilisation à faire de ces ressources-là", a-t-il expliqué jeudi sur France Bleu, assurant qu’il s’agissait d’une "mesure de bon sens".

Les syndicats s'opposent à cette proposition

De son côté, le patron des Républicains avait insisté, deux jours plus tôt, sur l’externalisation de cette procédure en proposant aux employés de "constater les infractions" liées à la vitesse et "de transmettre ces constats à l’autorité de police, administrative ou pénale".

Publicité
Les syndicats de police se sont, eux, fortement opposés à cette initiative. "Nous sommes absolument ouverts à un débat sur les conditions liées aux missions de la police, mais la sécurité routière et le respect du code de la route ne peuvent être confiés à personne d'autre qu'à la police", a assuré à Metronews Nicolas Comte, le secrétaire général du syndicat SGP Police-FO. Même son de cloche pour Patrice Ribeiro, le patron du syndicat Synergie Officiers, qui a estimé que ce type de mission relevait "du domaine régalien".

En vidéo sur le même thème- Sarkozy à Hollande: " 'Moi je', écoute bien" 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité