Bernard Tapie a annoncé dans les colonnes du Journal du Dimanche qu’après 19 ans d’absence, il avait décidé de faire son grand retour en politique pour barrer la route au Front National. Plus de détails sur son "plan".

En 1996, Bernard Tapie quittait la politique et jurait qu’il n’y reviendrait plus jamais. "Je reviens en politique", a-t-il pourtant récemment confié au Journal du Dimanche. Dix-ans ans après, l’homme d’affaires a en effet revu son jugement. Au lendemain des élections régionales, marquées par la montée du parti d’extrême droite, l’ex-ministre estime que "le pire a été évité grâce au désistement des candidats socialistes" au second tour. Une initiative "qu’il faut saluer". Mais, toujours selon lui, "en faisant cela, on a, en quelque sorte, ‘cassé le thermomètre’ pour ne pas montrer qu’on avait de la fièvre" et cette situation ne pourra pas durer "éternellement". Aussi, et fort de ses anciens succès en politique, Bernard Tapie a pris la décision de revenir dans l’arène.

Un "plan" pour lutter contre le chômage des jeunes

"Personne ne peut contester mes succès passés face au FN, notamment aux européennes de 1994", a-t-il rappelé. Et pour barrer la route au parti présidé par Marine Le Pen, l’actionnaire de La Provence a un "plan". Il ne faut pas promettre "l’apocalypse si le FN arrive au pouvoir" mais plutôt apporter "des remèdes au causes", assure-t-il. Partant du constat que les jeunes sont plus nombreux à voter pour l’extrême droite aujourd’hui en France, Bernard Tapie prévoit ainsi de lutter contre le chômage de cette catégorie de Français. Un plan ambitieux que l’ancien président de l’OM entend réaliser grâce à "des formations pour des métiers dont le marché du travail a besoin", mais aussi en "recapitalisant intelligemment  tout ce qui a été dépensé à tort et à travers" pour "donner un travail à tous les jeunes qui le souhaitent et qui devront l’accepter".

Publicité
Bernard Tapie devrait ainsi "mettre sur pied, d’ici à fin janviers, un premier projet pour la remise en activité de tous les 18 à 25 ans". Quand à la question de savoir s'il sera candidat à l'élection présidentielle de 2017, l'homme d'affaires préfère botter en touche et martèle : "chaque chose en son temps".

En vidéo - Bernard Tapie fait son retour en politique

mots-clés : Bernard tapie
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité