L’ex-président de la République Nicolas Sarkozy, et son épouse Carla Bruni, ne risquent pas d’être dérangés au Cap Nègre. Preuve en est, la sécurité autour des deux « tourtereaux » a été renforcée. Trop ?

© AFP

En vacances au Cap Nègre, dans le Var, depuis le début du mois d’août, l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, ne risque pas se faire importuner. Et pour cause, il semblerait qu’il soit bien entouré. En effet, il bénéficie d’une protection policière particulièrement renforcée. En plus de la dizaine de membres du service de protection des hautes personnalités (SPHP), l’ex-président de la République dispose d’un service d’ordre renforcé autour de sa villa. Selon le Parisien, cette villa serait surveillée par "cinq équipes de fonctionnaires de la CRS 1, commandées par un gradé".

720 000 euros par mois

Cette sécurité renforcée à un coût. Après sa défaite face à François Hollande au second tour de la présidentielle 2012, l’ancien chef de l’Etat avait demandé que dix policiers, dont deux chauffeurs, soient affectés à sa protection ainsi qu’à celle de sa famille. Sachant qu’un policer affecté à ce type de mission coûte environ 72 000 euros par an, la protection rapprochée de Nicolas Sarkozy coûterait donc au minimum 720 000 euros par an. Sans compter le service d’ordre renforcé autour de sa Villa au Cap Nègre.

Les politiciens sous protection

Publicité
Quelques dizaines de personnalités bénéficient d'une protection permanente du SPHP : outre le chef de l'Etat et les membres du gouvernement, c'est le cas de tous les anciens présidents de la République, Premiers ministres et ex-ministres de l'Intérieur. Tous les ministres sortants conservent également une protection pendant six mois, sauf s'ils la refusent.

A revoir en vidéo : l'UMP réunit autour de Nicolas Sarkozy :

Publicité