Ce jeudi 6 novembre, François Hollande s'exprimera devant les Français pour faire un bilan à mi-mandat. Planet.fr a demandé à ses lecteurs ce qu'ils pensaient de l'action du chef de l'Etat.

Alors que François Hollande se présentera devant les Français ce jeudi 6 novembre pour faire le bilan de la première moitié de son quinquennat, les sondages montrent que le président est jugé très sévèrement par ses concitoyens. En effet, selon une enquête Odaxa réalisée pour RTL, 97% des sondés considèrent qu’il a "plutôt échoué" en matière d’emploi.

Un score qui atteint 88%  concernant les questions fiscales ou encore 78% pour la politique familiale défendue par le chef de l’Etat. Pour décrypter cette impopularité, Planet.fr a demandé à ses lecteurs ce qu’ils reprochaient au président de la République. Voici, outre les remarques physiques qui disqualifient de nombreux commentaires, les grandes tendances qui se dégagent de vos réactions.

"Ras le bol fiscal"

La première préoccupation qui saute aux yeux à la lecture de vos commentaires (sur le site ou sur Facebook), reste la question fiscale. "Hollande a refiscalisé les heures sup' et opéré un matraquage fiscal sans précédent" indique un internaute. "Il ne sait que créer des impôts, nous saigner à blanc" nous indique un autre lecteur parmi de nombreux autres. Ainsi, face à ce sentiment de "ras le bol fiscal" visible dans beaucoup de commentaires, François Hollande devrait jeudi réaffirmer sa promesse de baisse d’impôts prévue dans le budget 2015.

Lire aussi –François Hollande en a un peu marre des "provocs" de Manuel Valls

Parmi ces mesures, la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu votée le 16 octobre dernier suffira-t-elle à vous convaincre ? Rien n’est moins sûr. En effet, même s’il a récemment déclaré vouloir faire baisser la fiscalité pesant sur les classes moyennes, aucune mesure concrète n’est venue pour le moment étayer ses dires. En revanche, la suppression de la première tranche bénéficiera à plus de 6 millions de foyers.

"Que reste-t-il de l'anaphore Moi Président"

Dans les commentaires consultés par la rédaction, la célèbre anaphore du candidat Hollande est souvent prise en exemple pour exprimer la déception suscitée par le chef d’État. "Il suffit de reprendre son "moi président" et de rayer tout ce qu'il n'a pas tenu dans cette liste" explique un internaute concernant ses déceptions (alors qu’en réalité, au moins la moitié de ces engagements sont pour l’instant tenus). Si les désillusions exprimées prennent cette séquence en exemple, en réalité, les thématiques qui lui sont rattachées par les lecteurs ne correspondent pas au contenu de cette tirade.

Lire aussi – Quelles seraient les conséquences d’une dissolution de l’Assemblée ?

Mais qu’importe, ce sont plus les promesses non tenues, comme l’inversion de la courbe du chômage qui n’est jamais arrivée, qui sont reprochées à François Hollande. "Le chômage augmente alors qu'il avait promis une grosse diminution" déplore de cette façon une internaute. Le combat avorté contre le "monde de la finance" est également l’une des déceptions souvent évoquées par les lecteurs. Ce jeudi, François Hollande devra donc faire preuve de pédagogie (est-ce possible ?) pour répondre à ces critiques pointant le non-respect de ses engagements de campagne. Les échecs successifs sur la question fondamentale du chômage lui valent, sur la majorité des commentaires, un procès en "incompétence".

L’incarnation du chef l’Etat

De façon plus ou moins courtoise, la supposée "incompétence" du chef de l’État est pointée par les lecteurs et ce, à plusieurs niveaux. Premièrement, ce sont son charisme et sa personnalité qui lui sont reprochés. Les internautes en veulent pour preuves les couacs à répétition qui ont égrainé la première moitié de son quinquennat. Une "incompétence avérée par les faits" résume ainsi l’un de nos lecteurs. Puis, c’est sa façon de gouverner qui est sous le feu des critiques.

"Une gestion timide et timorée sur les dossiers fondamentaux" décrit ainsi un internaute qui pointe les "reculades, (les) compromis, voire (les) compromissions d’un gouvernement bricolant des alliances vacillantes". À travers ces critiques exprimées de diverses façons, c’est un sentiment d’inaction coupable qui est reproché à François Hollande. "Il ne tranche pas" peste un autre lecteur qui lui reproche "son manque de convictions claires". "Tout ceci révélant une incompétence et un amateurisme bien loin de la litanie des ‘moi, président’" conclut une autre lectrice. En d'autres termes, son côté "flamby" comme le disent ses détracteurs.

Publicité
En outre, toutes ces observations se fondent sur l’absence de résultats qui marque la politique du chef de l’État. Attendu sur le plateau de TF1 jeudi 6 novembre, François Hollande aura la très lourde tâche d’essayer de revoir votre jugement. Mais ça ne paraît pas gagné.  

Vidéo sur le même thème - Pour Julien Dray, Hollande n'est "pas obsédé par le pouvoir"