Celle qui se présente comme la "fiancée" du président François Hollande coûterait chaque année plusieurs centaines de milliers d’euros à l’Etat en protection policière. Plus de détails sur ce (très) gros montant. 

Officiellement, Julie Gayet et François Hollande ne sont pas en couple. Mais dans les faits, et même s’ils n’ont jamais confirmé la relation qu’on leur prête depuis plus de deux ans, l’actrice bénéficierait d’une protection rapprochée. L’année dernière, Closer révélait en effet que deux officiers de sécurité étaient mobilisés pour elle. L’un d’entre eux était même celui qui, quelques mois plus tôt, avait été photographié en train de lui livrer des croissants rue du Cirque, dans l’appartement où le chef de l’Etat et sa "fiancée" se seraient secrètement retrouvés, indiquait alors le magazine people.

A lire aussi – François Hollande : les ruses du président pour voir Julie Gayet en secret

"Entre 287 000 et 400 000 euros"

Publicité
Dans L’Elysée Off, Aziz Zemmouri et Stéphanie Marteau vont plus loin dans ces révélations. Selon les eux, Julie Gayet bénéficierait "d’une protection personnelle, composée de deux équipes tournantes de deux policier et deux gendarmes", rapporte Closer sur son site. En tout, quatre personnes auraient ainsi été mobilisée par l’Etat pour protéger la prétendue compagne du locataire de l’Elysée. Une mesure relativement onéreuse. Alors que "le coût annuel d’un officiel du GSPR est en moyenne de 71 879 euros et peut monter jusqu’à 100 000 euros", les deux auteurs du livre expliquent que la Cour des comptes a estimé entre 287 000 et 400 000 euros le coût annuel de la protection rapprochée dont jouit Julie Gayet.

Un comble pour "celle qui se veut soucieuse de ne rien ‘coûter à l’Etat’", note encore Closer.

 A voir aussi en vidéo : Françoise Degois : "Vous imaginez François Hollande se marier ?"

Publicité