En privé, François Hollande a rebondi avec humour sur la proposition faite la semaine dernière par Jean-Luc Mélenchon à propos de syndicalistes d’Air France qui s’en sont pris à leur DRH.

"Je suis avec eux. Vous savez quoi, je veux bien aller en prison avec eux. Je veux bien y aller à leur place !", a lancé Jean-Luc Mélenchon la semaine dernière sur BFM TV. L’ancien candidat à l’élection présidentielle évoquait alors son soutien aux syndicalistes d’Air France qui, pour protester contre le plan social prévu par la compagnie aérienne, s’en sont violemment pris à leurs dirigeants. Xavier Broset, le DRH du groupe s’était même fait arracher sa chemise avant d’être exfiltrés par le service de sécurité.

"Il ne faut pas le décourager"Pour justifier son soutien et surtout, sa volonté de prendre leur place en prison, Jean-Luc Mélenchon avait fait valoir le fait "qu’ils ont des gosses à s’occuper" alors que lui, n’en a plus à charge. Les miens "sont élevés", alors, "je veux bien y aller à leur place !", a-t-il affirmé face à Jean-Jacques Bourdin. Une proposition qui n’a pas échappé à François Hollande et qui l’aurait même bien fait rire.

Publicité
Ainsi que le rapporte le Canard Enchaîné cette semaine, le chef de l’Etat aurait lâché en plein Conseil des ministres : "Il y a même un responsable politique qui se propose d’aller en prison à la place des syndicalistes. Il ne faut pas le décourager !". Condamnant les violences qui ont émaillé au siège d’Air France, le président de la République s’est prononcé en faveur du dialogue social. "Nous devons vivre dans une société apaisée. Il y a toujours des conflits, toujours des confrontations, toujours des intérêts qui sont divergents. Comment les surmonte-t-on? Par la violence? Sûrement pas. Par de l'apaisement, donc par le dialogue", a-t-il fait valoir lundi sur RTL.

Vidéo sur le même thème - Mélenchon s'emporte à propos du dossier Air France

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité