Rémunérer les électeurs qui peuvent apporter la preuve qu’ils ont voté FN au premier tour des élections départementales. Voici ce que propose un site lancé dimanche soir. Une initiative pointée par le parti de Marine Le Pen, lequel a même l’intention de porter plainte.

Une pratique complètement illégale et dont se défend le Front National. Depuis dimanche soir, un site Internet propose aux internautes qui peuvent apporter la preuve qu’ils ont voté pour le Front National au premier tour des élections départementales, de les rémunérer. En échange d’une photo prise dans l’isoloir et montrant leur bulletin de vote pour le parti de Marine Le Pen, il leur est en effet promis la somme de 5 euros créditée sur leur compte Paypal. C’est "une initiative privée indépendante du Front National qui désire soutenir un renouveau pour la France et une diminution de l'abstention", précise le site sur lequel on peut également lire que les fonds proviennent d’un "groupement d’investisseurs privés". Et celui-ci d’assurer qu’il "possède les fonds suffisants pour payer tous les patriotes".

Une proposition qui peut sembler alléchante pour certains mais qui n’en serait pas moins une boutade. Contacté par Rue89, l’internaute qui serait à l’origine de ce site aurait en effet expliqué que son initiative n’avait aucun lien avec le FN et que son objectif était "d’emmerder" le parti d’extrême droite. Ce Belge de 24 ans serait également le créateur du site Nordpresse.com, un site parodique semblable au Gorafi.

A lire aussi –Quand Christine Boutin cite sérieusement le Gorafi

La blague n’a effectivement pas fait rire le Front National. Au contraire, elle l’a même poussé à déposer une plainte.

Publicité
"Quand j’ai vu le tweet du FN j’ai joui. Évidemment, le but était d’emmerder le Front national. Je n’ai pas peur du procès", a déclaré le créateur de VoteFNetgagne5euros à Rue89. La loi est pourtant claire sur ce point : quiconque "par des dons ou libéralités en argent ou en nature, par des promesses de libéralités, de faveurs, d'emplois publics ou privés ou d'autres avantages particuliers, faits en vue d'influencer le vote d'un ou de plusieurs électeurs aura obtenu ou tenté d'obtenir leur suffrage" s’expose à une peine de deux ans de prison assortie d’une amende de 15 000 euros.

Vidéo sur le même thème : l'UMP en tête, le FN en progression