Lundi soir, France 3 a diffusé un documentaire consacré à François Hollande et son quinquennat. Affaire Cahuzac, liaison avec Julie Gayet… : le réalisateur est revenu sur les moments de crise de son mandat.

De "président normal" à chef de l’Etat le plus impopulaire de la Ve République en seulement cinq ans. Lundi soir, France 3 a diffusé le documentaire de Jean-Michel Djian, "François Hollande, le mal-aimé", qui revient sur les cinq années du président à l’Elysée. Au fil des entretiens avec des personnalités, de Julien Dray à Jack Lang en passant par François Bayrou, le réalisateur cherche à comprendre comment l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste s’est attiré les foudres des Français.

Le documentaire revient notamment sur les nombreuses "erreurs" de François Hollande face aux crises qu’il a dû gérer au cours de son mandat. Les affaires Jérôme Cahuzac ou Leonarda, la révélation de sa liaison avec Julie Gayet ou encore le pacte de responsabilité, jugé trop favorable aux patrons, ont fragilisé le président et la confiance des Français. Il lui a aussi été reproché sa gestion des attentats de 2015 et surtout sa tentative d’inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution. Une multiplication de faux pas perçus comme des trahisons, selon le documentaire.

A lire aussi - Les images émouvantes de François Hollande réconfortant le frère d'une victime de l'Hyper Cacher

"François Hollande est le roi de la nuit"

D’après plusieurs personnalités interrogées par Jean-Michel Djan, François Hollande est avant tout incompris. Décrit comme un "mauvais pédagogue", ses erreurs auraient occulté les réformes sociales qu’il a mises en place et "sa bonne politique". Son incapacité à expliquer ses mesures aux Français aurait terni son image et favorisé le "Hollande bashing". "Charles de Gaulle savait parler à la France, François Mitterrand savait parler aux Français, mais aujourd'hui François Hollande, lui, parle aux journalistes", explique le réalisateur, mentionnant le reproche fait à Hollande de sa grande proximité avec les journalistes.

Publicité
Le documentaire dresse un bilan pessimiste du quinquennat, principalement à cause d'une crise de l’image et de la fonction présidentielle. Pour Jean-Michel Djian, François Hollande aurait été la "victime expiatoire d'un système à la dérive". D’autres lui reprochent encore de ne pas avoir réussi à pleinement assumer son rôle. "J’ai appris en Afrique que, pour diriger un village, il faut deux personnages. Il y a celui qui est le roi du jour qu’on exhibe et qu’on montre au peuple, et le roi de la nuit, celui qui manipule les objets derrière. Hollande est le roi de la nuit. Au fond, si l’on avait Hollande et Sarkozy ensemble, on aurait le président parfait," résume Tobie Nathan, professeur en psychologie, face à la caméra.

En vidéo sur le même thème : François Hollande sur le nationalisme