Lors de son interview la semaine dernière avec la journaliste, le président n’avait pas réagi à ses remarques incisives. Il s’en est expliqué en privé. Découvrez les raisons de son silence.

"C’est une plaisanterie ?", avait lancé la journaliste Léa Salamé en réponse au président de la République qui estimait que la France et l’Allemagne avaient la même politique migratoire, lors de son interview sur France 2 jeudi 14 avril.

La réplique avait alors été largement commentée le lendemain de l’émission, beaucoup estimant que la journaliste avait manqué de respect au président de la République. Il faut dire que ces quelques mots avaient semble-t-il étonné le président lui-même, resté coi en les entendant.

"Je n’allais pas être l’ogre qui dévore la princesse"

Une semaine après cet "incident", on en sait un peu plus sur la réception de cette réplique par le président, qui, visiblement, n’a pas du tout apprécié la chose. Ainsi, le magazine Challlenges, par la plume du journaliste Nicolas Domenach, nous apprend qu’un "interlocuteur" est revenu avec le président sur cet épisode, qualifiant au passage Léa Salamé d’"odieuse, irrespectueuse et moralisatrice". Et François Hollande de répliquer, selon le magazine : "Je n’allais pas être l’ogre qui dévore la princesse".

A lire aussiFrance 2 : pourquoi François Hollande n’a pas réagi aux piques de Léa Salamé

Publicité
Plus tôt dans la semaine, on apprenait que le Premier ministre non plus n’avait pas apprécié l’attitude de la journaliste à l’égard du président. Selon des propos rapportés par le Canard enchaîné, Manuel Valls aurait dit : "Sur la déchéance, il aurait dû la moucher en lui répondant: ‘Qui êtes-vous pour me parler de tache morale, alors que plus de 80% des Français étaient favorables à cette mesure, y compris ceux de gauche’".

Vidéo sur le même thème : Léa Salamé épingle François Hollande sur le chômage des jeunes