En 1996, Sophie Montel soutenait Jean-Marie Le Pen concernant ses propos sur "l'inégalité des races". Explications.

Dimanche 1er janvier, Sophie Montel (FN) est arrivée en tête à l’issue du premier tour de la législative partielle dans la quatrième circonscription du Doubs. Et depuis les résultats, le Front national jubile de ce succès électoral qui se profile et qui a eu pour conséquence d’éliminer le candidat UMP dès la première manche.

Mais là où ça peut coincer dans les rangs frontistes, c’est qu’une carrière de militante au Front national peut aussi traîner son lot de casseroles. Ainsi, le site L’Entente a exhumé le Bulletin officiel de la Commune de Besançon daté du 23 septembre 1996. Dans ce document, Sophie Montel prenait la défense de Jean-Marie Le Pen qui avait déclaré le mois d’avant que "l’inégalité des races" était une "évidence".

Lire aussi : Duel FN/PS dans le Doubs : Nicolas Sarkozy reste fidèle au "ni-ni"

Dans le texte, ça donne : "rien dans les propos de Jean-Marie Le Pen sur l’évidente inégalité des races ne tombe sous le coup de la loi". Mais face aux critiques qui marquaient son échange avec l’élu socialiste Michel Loyat, l’actuelle candidate aux législatives expliquaient alors : "Constater que la civilisation des Pygmées au XXe siècle aussi nombreux que les Athéniens du siècle de Périclès n'est pas égale à celle de la Grèce Antique n'injurie pas les Pygmées. Constater que la civilisation des Esquimaux aussi nombreux que les Juifs n'est pas égale à celle d'Israël et n'a pas joué le même rôle dans l'histoire du monde ne constitue ni une injure aux Esquimaux ni une atteinte à la vérité".

Publicité
Et Sophie Montel de rajouter : "l'observation que les enfants d'origine vietnamienne s'adaptent généralement mieux aux études et au travail que ceux de l'immigration africaine est le fait de tous les enseignants, même de gauche. Nous affirmons que la civilisation française de notre grand siècle était supérieure dans tous les domaines de l'épanouissement de l'esprit, des arts et des lettres à celles des Huns et des Bantous". Une vision du monde qui a de quoi saper les efforts de dédiabolisation entrepris par Marine Le Pen.

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité