Le Premier ministre est revenu sur l’attaque lancée par le patron des Républicains au président de la République à propos de sa gestion de la crise grecque.

Une sortie qui a du mal à passer. Dimanche depuis Bruxelles, Nicolas Sarkozy a estimé qu’il était temps que "Monsieur Hollande se ressaisisse". Le patron des Républicains faisait alors allusion aux négociations qui étaient en cours entre la Grèce et les dirigeants européens.

Et si François Hollande n’a pas répondu à cette pique, le Premier ministre s’en est chargé. Ce lundi matin sur France Inter, Manuel Valls a appelé Nicolas Sarkozy à "dépasser les petits clivages, les petites positions" politiciennes. "Quand on est président de la République, on n’affaiblit pas la position de la France. On aide son pays quoiqu’il arrive, on dépasse les petites clivages, les petites positions", a souligné le chef du gouvernement.

"C’est comme cela qu’on est un vrai patriote"

A lire aussi – Grexit : Nicolas Sarkozy change son fusil d’épaule

Publicité
Et alors que la semaine dernière, Nicolas Sarkozy s’est finalement rangé du côté de ceux qui voulaient éviter un Grexit, Manuel Valls n’a pas manqué de lui rappeler ce changer d’avis. "Le président est concentré. C’est le rôle de la France de trouver un compromis. Et on viendrait affaiblir cela avec par des prises de position qui d’ailleurs changent au gré des jours ou des semaines en fonction des positions des autres candidats à la primaire de la droite", a-t-il raillé avant de pointer le manque d’engagement de l’ex-chef d’Etat envers la France : "C’est comme cela qu’on aide son pays, c’est comme cela qu’on est un vrai patriote".

 Vidéo sur le même thème : Un "accord a été trouvé", annonce François Hollande