Lundi soir, le ministère de la Justice a publié puis rapidement supprimé un tweet laissant penser que Christiane Taubira était opposée au projet de loi sur le renseignement pourtant défendu par le gouvernement. Oups.

Un tweet qui trahissait ses pensées ? Officiellement, Christiane Taubira soutient le projet de loi sur le renseignement porté par le gouvernement et actuellement débattu à l’Assemblée nationale. Mais officieusement, ce serait tout le contraire. Selon les informations du Canard Enchaîné, la ministre de la Justice trouverait même ce projet contraire à ses convictions, notamment en matière de vie privée. "J’avale des couleuvres de plus en plus épaisses. La loi sur le renseignement qui permet une intrusion dans la vie privée, et aux antipodes de mes idées", aurait-elle ainsi confié aux deux ex-ministres Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg.

A lire aussi - Christiane Taubira estime "avaler des couleuvres de plus en plus épaisses"

Et alors que le positionnement de la Garde des sceaux sur ce sujet semble incertain, son ministère a jeté de l’huile sur le feu lundi. En pleine séance à l’Hémicycle, celui-ci a tweeté les propos tenus par Christiane Taubira. Seulement le réseau social ne permettant que de publier des messages de 140 signes maximum, les services de la ministre ont dû couper une bonne partie de ce qu’elle a dit. Ce qui a donné pour résultat : "Il est évident que les techniques de recueil sont susceptibles de porter atteinte à la vie privée". Des propos que la ministre a certes tenus, mais qui ont ensuite été précisés par la suite de sa remarque pour aller dans le sens du gouvernement. Mais ça, les internautes n'ont pas pu le lire dans le tweet publié par le ministère de la Justice.

Le ministère a ensuite tenté de rattraper le coup

De quoi alimenter la rumeur selon laquelle Christiane Taubira serait secrètement opposée au projet de loi sur le renseignement. Ce qui n’a pas échappé au rédacteur en chef de Numerama, lequel l’a même signalé en direct sur le réseau social. Aussi, le ministère de la Justice a finalement dépublié ce tweet.

Publicité
Quelques minutes plus tard, les services de Christiane Taubira ont même posté d’autres extraits des remarques faites par la ministre dans l’Hémicycle pour attester de son soutien au gouvernement. "Les droits au respect de la vie privée sont inscrits dans la Constitution" a-t-on pu ainsi lire ou encore "Le gouvernement s’est assuré du respect de ces droit". Trop tard, diront certains.   

Vidéo sur le même thème - Christiane Taubira : "Quand je pleure, je pleure dans ma chambre"