Le président de la République a accordé mardi une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Quelles sont les conditions pour l'obtenir, et qui en a bénéficié auparavant ?

© DR

Jacqueline Sauvage

Publicité

Le président François Hollande a décidé mardi d'accorder une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée en 2014 à 10 ans de prison pour avoir tué son mari qui la violentait. Une décision demandée et attendue par bon nombre de personnes. Car comme l'explique Le Figaro, le droit de grâce est la dernière chance pour un condamné qui peut obtenir du président une réduction de peine, voire sa suppression. Cependant, au contraire de l'amnistie, la grâce ne fait pas disparaître la condamnation du casier judiciaire de la personne. La grâce présidentielle est utilisée très rarement et, depuis la réforme constitutionnelle de 2008, est désormais accordée à titre individuelle. A noter que la grâce présidentielle est le seul décret à ne pas être publié au Journal Officiel.

Avant Jacqueline Sauvage, d'autres condamnés ont été touchés par la grâce présidentielle. Les plus connus étant sans doute Alfred Dreyfus et, plus près de nous, Omar Raddad.

mots-clés : Sarkozy, Hollande
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité