"Il vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez l’Etat", écrit Matthieu Verrier dans le "Contre-manuel de la politique – L’art et la manière de flinguer sa carrière en 200 histoires vraies". Découvrez en images sa sélection de politiques épinglés à cause de leur grand appartement. 

"En 1995, le Premier ministre Alain Juppé se fait épingler pour un logement de 180m2 mis à disposition par la ville depuis cinq ans, avec force travaux", rappelle Matthieu Verrier qui rappelle également que "le futur Bordelais a fait attribuer un logement à son fils Laurent. Les deux hommes déménagent et évitent les ennuis judiciaires".

Publicité