Malgré la baisse des taux, certains placements ont le vent en poupe. Voici la liste des options gagnantes à votre disposition… 

Bonne affaire pour les emprunteurs immobiliers, la baisse des taux rogne la profitabilité des placements financiers. Résultat, trouver un support sur lequel placer son pécule avec profit vire au casse-tête. Quelques placements tirent cependant leur épingle du jeu en cette rentrée de septembre.

- L'or :Les tensions internationales et la faiblesse du dollar, principale monnaie de cotation du métal jaune, ont eu pour effet de survolter les cours. L’or a progressé de près de 15% depuis le début de l’année avec une once qui dépassait 1300 dollars à la mi-septembre. Et ce n’est qu’un début. Selon Commerzbank et Bank of America Merril lynch, même si une phase de repli peut s’intercaler, elle devrait atteindre 1400 dollars en 2018. Voire davantage plus si la situation avec la Corée du Nord s’envenime.

Pour jouer la hausse de l’or, la meilleure formule consiste à acheter des pièces dont le degré de pureté est de 999,9% comme l’American Eagle (USA) ou la Maple Leaf (Canada). Elles sont disponibles dans différents poids. A titre d’exemple, une American Eagle d’un quart d’once (7,77g) est accessible à partir d’environ 320 euros. Ceux qui préfèrent les productions françaises ont intérêt à se tourner vers le 20 Francs Napoléon. Et plus précise vers le modèle Marianne coq IIIème République, le mieux conservé. Inutile d’acheter de l’or avec l’idée de réaliser une plus-value express : le délai de conservation optimal des pièces est d’une dizaine d’années. 

A lire aussi - Faut-il investir dans les placements atypiques ? 

- L'immobilier : La pierre est la grande gagnante de cette rentrée. Le niveau des taux immobiliers pousse les particuliers à l’achat et les prix grimpent. Selon l’indice notaires-Insee publié en septembre 2017, ils ont progressé de 3,4% sur un an (+ 6,6% à Paris),dont 4,2% pour les appartements et 2,9% pour les maisons. Même si un ralentissement du marché est à craindre, aucune correction ne se profile à l’horizon et la réserve de plus-value dont disposent les investisseurs à horizon de 10 ans reste substantielle s’ils privilégient qualité d’emplacement et qualité de construction.

Il est aussi possible d’investir dans l’immobilier à travers les SCPI. Elles donnent accès à un investissement collectif en immobilier locatif sous forme de parts d’immeubles, d’habitation, de bureaux ou de commerces.

En 2016, le rendement net des SCPI était en en moyenne 4,63%, certaines d’entre elles délivrant jusqu’à 6%. En 2017, la revalorisation du prix des parts devrait être significative.

 - Le Livret A :Avec son micro-rendement de 0,75% (gelé durant 2 ans) cette tirelire permet de placer jusqu’à 22.950 euros en se préservant tout juste des effets de l’inflation. Elle tire son principal atout de sa fiscalité : les intérêts échappent à la fois à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux qui passeront à 17,2% à partir du 1er janvier 2018. Même régime pour le LDD qui échappe également à ces ponctions sociales.

- le PEA : Même si les retraits sont soumis aux prélèvements sociaux, la fiscalité du PEA ne devrait pas être modifiée en 2018. Il restera donc une enveloppe fiscale sans équivalent puisque les retraits effectués après 8 ans sont exonérés d’impôt sur le revenu.

Publicité
Utilisez-le pour investir en direct ou via un OPC (Sicav, FCP) sur les actions françaises qui profitent du redémarrage de l’économie tricolore. Ou encore sur les titres des multinationales sociétés européennes bien orientés du fait de la reprise observée sur le vieux continent. Ces titres sont éligibles au PEA à condition que le siège social de l'entreprise soit situé dans l'Union Européenne. Il est aussi possible de miser sur des actions Norvégiennes ou Islandaises, car ces pays sont liés avec l'UE par une convention fiscale.

En vidéo - Idées de placements : que faire de votre patrimoine immobilier en 2018 ?