Nantes, Bordeaux, Rouen, Niort… Autant de grandes villes qui ont décidé de réduire voire retirer les feux tricolores sur leurs routes. Ce qui pourrait aussi être bientôt le cas à Paris. Explications.  

Le feu rouge pourrait bien disparaître prochainement. Le Parisien a publié lundi un dossier consacré aux feux tricolores dans lequel on apprend notamment que le Conseil de Paris vient de voter l’expérimentation prochaine de l’abandon de ces feux aux carrefours dans un quartier pilote.

Il ne s’agit pas de la première grande ville à vouloir limiter leur utilisation. Nantes, Bordeaux, Niort ou encore Rouen travaillent en effet déjà dans ce sens. Bordeaux a ainsi supprimé des feux tricolores en face des écoles, tandis que la ville d’Abbeville a décidé de n’en garder qu’un seul.

Renforcer la sécurité routière

Publicité
Outre la plus grande fluidité du trafic, l’abandon du feu rouge permettrait également de renforcer la sécurité routière. "Quand il n'y a plus de feux, les automobilistes font davantage attention lorsqu'ils se rapprochent d'un passage protégé, et les piétons ont tendance à regarder à deux fois avant de traverser", estime Michel Duchene, vice-président chargé des grands projets urbains au sein de la Métropole de Bordeaux, interrogé par le quotidien.

Au moins 10 000 accidents, provoquant 150 morts, ont lieu chaque année au niveau de carrefours avec signalisation tricolore.