Dans un témoignage recueilli par le magazine américain Esquire, l'homme qui abattu Oussama Ben Laden raconte les circonstances de l'opération, et son difficile retour à la vie civile.

Les héros anonymes", c'est ainsi que Barack Obama a appelé les hommes du commando qui s'est débarrassé d'Oussama Ben Laden dans la soirée du 1er au 2 mai 2011. Mais dans le témoignage de celui qui a abattu l'ennemi public numéro un, d'héroïsme il n'est pas question. Seulement de faire son travail. Après un voyage d'une heure et demie en hélicoptère depuis sa base, c'est lui qui est le premier à entrer dans la chambre du numéro un d'Al-Quaida.

"Il y avait Ben Laden là, debout. Il avait ses mains sur les épaules d'une femme, la poussant devant, dans la direction du vacarme du couloir. Je ne sais pas si elle a une veste explosive et s'il veut la forcer à finir en martyr" raconte-t-il. La réaction est immédiate. "C'est automatique, la mémoire musculaire." Le soldat des forces spéciales ajuste la tête dans le viseur et presse la détente de son arme. "Je tire deux fois, en plein front. Bam, bam, la deuxième fois alors qu'il s'écroule devant son lit. Je tire une nouvelle fois, bam, au même endroit. Il ne bouge plus. Il est mort. Tout le monde le voulait mort mais personne ne voulait dire : Hey, vous allez tuer ce mec. C'était juste implicite" explique-t-il.

Publicité
Le tout a duré moins d'une minute. La préparation de l'opération, elle, a pris des mois. L'homme de 35 ans raconte la confidentialité, l'entrainement dans une base de Californie avec la réplique exacte des lieux, les briefings interminables que le film Zero Dark Thirty retranscrit au cinéma. Et puis il y a l'après. Après 16 ans sous les drapeaux, celui qui s'est engagé à 19 ans veut "vivre assez vieux pour voir ses enfants se marier". Et là, pas de "happy-end" hollywoodien. Sans retraite ni assurance-maladie, ce soldat qui a passé en moyenne plus de 300 jours par an sur le terrain, officie désormais comme consultant payé à la mission. Une situation plutôt précaire pour ce soldat qui, aujourd'hui, pour des raisons financières, n’a pas d’autre choix que de continuer à vivre avec sa femme, une femme dont il est séparé.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité