Alors que la Grèce est en proie à une crise financière sans précédent, un octogénaire de Chypre a adressé un surprenant courrier au Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Découvrez ce que contenait la lettre.

Il a tout donné. Agé de 88 ans, Onoufrios Michaelides a récemment décidé de donner à l’Etat l’intégralité de sa pension de retraite du mois de juillet pour aider la Grèce à faire face à ses difficultés financières. Dans un courrier adressé au Premier ministre et accompagné d’un chèque de 505,65 euros, le retraité a en effet écrit : "Camarade Tsipras, accepte cette petite somme pour le bénéfice du budget national".

A lire aussi - Referendum grec : la crise inspire les caricaturistes !

"Je suis un homme sensible"Une initiative inattendue que le retraité chypriote a justifiée par son côté "sensible". A la tête d’un petit magasin de matériel électrique, il aurait eu le déclic devant sa télévision dimanche dernier en voyant "des gens de (son) âge faire la queue devant les banques pour essayer de retirer 60 euros". Des images qui ont touché Onoufrios Michaelides et lui ont donné une idée : "Je suis un homme sensible (...) et je me suis dit que ce petit geste de ma part pourrait encourager ceux qui ont plus d'argent que moi à aider ce peuple".

On ignore encore si son geste a suscité un engouement dans son pays, mais deux collaborateurs du Premier ministre auraient appelé le retraité pour le remercier et lui promettre un appel d’Alexis Tsipras lui-même dans les jours à venir.

Publicité
Le weekend dernier, à l’aube du referendum, un autre retraité avait ému l’opinion publique. Ses photos ont même fait le tour du monde. Sur les clichés, on le voit assis par terre devant une banque, son livret d’épargne et sa carte d’identité en main, effondré après n’avoir pu retirer 120 euros pour payer les soins médicaux de sa femme.

Vidéo sur le même thème : Dette grecque : après la réunion entre Merkel et Hollande, "la perspective d’un Grexit s’éloigne un peu"

En imagesEn images : l'émouvante histoire d'un retraité grec, en pleurs

"Je ne peux supporter de voir mon pays dans cette misère"

Après avoir essuyé coup sur coup de nombreux refus, Giorgos Chatzifotiadis s’est effondré. Vendredi matin, après s’être rendu dans trois banques différentes de Thessalonique afin de retirer les 120 euros hebdomadaires de la pension de sa femme, l’homme de 77 ans n’a pu retenir ses larmes. Assis sur le sol, son livret d’épargne et sa carte d’identité e...

Sur place, des personnes lui sont venues en aide

Giorgos n'a pu s'empêcher d'exprimer haut et fort son désarroi...

... Avant de fondre en larme

Autres diaporamas