Un couple d’Espagnols a été retrouvé jeudi matin après s’être caché toute la nuit dans un bureau du musée du Bardo, situé dans la banlieue de Tunis (Tunisie).

Ils l’ont échappé belle. Alors que le bilan des victimes de l’attaque de Tunis survenue mercredi s’élève désormais à 21 morts, un couple de touristes espagnols, Juan Carlos Sanchez et Cristina Rubio, a été retrouvé sain et sauf jeudi matin dans l’enceinte du musée du Bardo, à Tunis. Ignorant que l’attaque était terminée, les deux individus ont passé la nuit cachés à l’intérieur de l’établissement avec l’aide d’un employé du site, Lassaad Bouali, comme le rapporte l’AFP.

Cachés "sans oser appeler"

L’homme "a caché les deux touristes dans un bureau" alors que des hommes armés de kalachnikovs attaquaient le musée, a expliqué à l’AFP un représentant de la protection civile. Le ministère espagnol des Affaires étrangères a par la suite confirmé ces informations, ajoutant que la femme était enceinte de quatre mois, comme le souligne RTL. Terrifiés à l’idée de sortir de la pièce, ils sont restés "cachés tout ce temps sans oser appeler", a indiqué le chef de la diplomatie José Manuel Garcia-Margallo.

À lire aussi - Attentat de Tunis : i>Télé aurait pu mettre en danger un otage en l'interrogeant en direct

"J'ai cru que mon fils était mort"

Publicité
Retrouvés le lendemain par les autorités, les trois individus ont rapidement été transportés vers l’hôpital Charles-Nicolle de Tunis afin d’y être examinés. La jeune femme a été prise en charge  au service de gynécologie. En état de choc, le couple est ensuite reparti accompagné d’un représentant de l’ambassade d’Espagne à Tunis. La mère de l’employé tunisien, lui aussi sain et sauf, s’est dite "soulagée". "J’ai cru que mon fils était mort", a-t-elle confiée à un photographe de l’AFP, refusant cependant de donner son nom.

Les autorités tunisennes n’ont pas expliqué comment ces trois personnes n’avaient pas été retrouvées au moment des fouilles du musée.

Vidéo sur le même thème : le témoignage d'une Française présente dans le musée