Alors que les recherches ont repris ce lundi matin, des doutes persistent sur la disparition de l’A320 de la compagnie malaisienne Air Asia.

Toujours aucune trace de l’avion d’Air Asia. Le vol QZ8501, transportant 162 personnes à son bord, a disparu des écrans de contrôle dimanche matin entre Surabaya (Indonésie) et Singapour.

Changement de trajectoire

Selon un représentant du ministère indonésien des Transports, la tour de contrôle de Jakarta, en Indonésie, a perdu le contact avec l’appareil à 6h17, heure locale (0h17 en France). L’Airbus 320-200 se serait trouvé entre Tanjung Pandan et Pontianak, ville située sur l’île de Bornéo, avant la perte de liaison.

La compagnie malaisienne low cost a également indiqué, dans un communiqué, que le vol QZ8501 avait demandé la permission de dévier sa trajectoire. Il souhaitait prendre de l’altitude, passer de 9 753 mètres à 11 582 mètres, pour pouvoir éviter une masse nuageuse.

A lire aussi : Disparition du vol MH370 : l'avion était "très probablement en pilote automatique"

"L'appareil suivait son plan de vol et a demandé la permission d'en changer en raison de la météo avant que la communication ne soit perdue alors qu'il dépendait toujours du contrôle aérien indonésien", a déclaré la compagnie aérienne.

L’avion devait atterrir à Singapour à 8h30 heure locale (1h30 en France).

La faute à la météo ?

Le scénario d’un accident dû aux conditions météorologiques reste toujours plausible. A l’heure de la perte de contact entre la tour de contrôle et l’A320, de violents orages s’abattaient sur la mer de Java.

Selon certains experts aériens, dévier la trajectoire de l’avion dans ces conditions est une opération délicate. "C'est possible qu'il ait manqué de vitesse. Quand on est pas loin du plafond (altitude maximale, ndlr) de l'avion, la marge de manœuvre est très faible, on risque de décrocher", a indiqué Gérard Feldzer, ancien pilote contacté parl’Obs.

Toutefois, la mauvaise météo ne pourrait expliquer à elle seule la disparition de l’avion.

Cependant la compagnie aérienne a balayé les suspicions concernant l’état de l’appareil. Dans un communiqué, Air Asia a indiqué que l’A320 avait subi des opérations de maintenance le 16 novembre dernier.

Livré en 2008 par Airbus, l’appareil avait tout de même près de 23 000 heures de vol à raison de 13 600 vols effectués.

162 personnes à son bord

Comme indiqué sur la page Facebook de la compagnie, le vol QZ8501 avait à son bord 155 passagers, dont 16 enfants et un nourrisson, et sept membres d’équipage.

L’avion transportait ainsi 155 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Malaisien, un Singapourien et un Britannique. A Paris, le ministère des Affaires étrangères a également confirmé que le copilote était français.

Les recherches se poursuivent

Depuis dimanche, les recherches se concentrent sur une zone comprise dans la province de Kalimantan, entre Belitung et la partie indonésienne de l’île de Bornéo.

Elles ont cependant été interrompues à la nuit tombée et ont repris dès ce lundi matin. La Malaisie a indiqué avoir engagé des "moyens militaire" pour participer aux recherches.

A lire aussi : Disparition d'un avion d'Air Algérie avec 116 passagers à bord dont 50 Français

L’Australie et Singapour ont également apporté leur aide dans les opérations en dépêchant des avions et des bateaux militaires. Selon le chef de l’Agence nationale malaisienne de recherches et de secours, le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis devraient également se joindre aux opérations.

D’après les premières informations, l’A320 pourrait se trouver au fond de l’eau. "Compte tenu des informations en notre possession et de l’évaluation selon laquelle le lieu supposé du crash est dans la mer, l’hypothèse est que l’avion est au fond de la mer", a déclaré Bambang Soelistyo, chef de l’Agence de recherches et de secours, lors d’une conférence de presse.

Toutefois l'hypothèse reste à vérifier. Les objets détectés en mer ce lundi matin ne proviennent pas de l'appareil disparu. "Cela a été vérifié et les preuves sont insuffisantes pour confirmer ce qui a été avancé", a déclaré le vice-président indonésien, Jusuf Kalla, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Surabaya, dans l'est de l'île de Java.

Publicité
Après la disparition du vol MH370 en mars dernier et l’explosion du Boeing de la Malaysia Airlines, abattu par un missile au-dessus de l’Ukraine, l’aviation malaisienne essuie une nouvelle fois la disparition d’un de ses appareils.

A voir sur le même thème : Toujours aucune trace de l'avion Air Asia disparu

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité