Vidéos à la une
Le système européen de relocalisation des réfugiés annonce de nouvelles tensions au sein de l'Union européenne. La Commission européenne a décidé de lancer des procédures d'infraction contre la Pologne, la Hongrie et la République tchèque. Ces trois pays membres refusent d'accueillir des demandeurs d'asile. Pour le Commissaire chargé de la Migration il s'agit avant tout de respecter les règles européennes. 'Il est obligatoire et contraignant pour tous les Etats membres de se conformer et de mettre en oeuvre les promesses faites', explique Dimitris Avramopoulos. Relocalisations : l'UE engage des procédures d'infraction contre la République Tchèque, la Hongrie et la Pologne. https://t.co/rqLiJgY1hH pic.twitter.com/Qq8sLoYl8x- CommissionEuropéenne (@UEfrance) 13 juin 2017 Pour l'eurodéputé polonais Jacek Saryusz-Wolski la méthode employée sur cette question migratoire n'est pas la bonne. 'Je pense que nous devons nous asseoir ensemble et nous entendre de façon plus consensuelle plutôt que de pousser sur certains Etats membres les décisions d'autres pays membres qui veulent se débarrasser de leurs problèmes sans reconnaître ni respecter les difficultés des uns et des autres', ajoute-t-il. L'Union a décidé en 2015 de relocaliser en deux ans 160 000 demandeurs d'asile arrivés en Grèce et en Italie. Mais actuellement un peu plus de 20 000 personnes ont bénéficié de ce dispositif.
Vidéos à la une
Comment protéger les apatrides des détentions arbitraires ? A l'exil pour fuir les guerres ou la pauvreté, s'ajoute pour certains migrants la souffrance de l'apatridie. Aucun Etat ne les reconnaît comme ressortissant. 10 millions de personnes seraient apatrides dans le monde. Des sans-papiers souvent emprisonnés. 'Le Réseau Européen des Apatrides lance aujourd'hui un agenda, explique Chris Nash son directeur, pour appeler les Etats européens à réformer leurs systèmes d'immigration et de détention, afin d'identifier les apatrides, mettre fin à leur détention en appliquer les lois internationales.' Mazen Beshtawe est d'origine palestinienne, il vivait en Syrie, qu'il a quitté. Il espère obtenir la nationalité chypriote, après son calvaire : 'On était dans un bateau avec 345 personnes, en route pour l'Allemagne via l'Italie. Mais le bateau était trop plein et coulait presque. Heureusement un bateau de tourisme est arrivé et nous a secouru, et emmené à Chypre.' Les apatrides sont souvent emprisonnés des mois, voire des années. L'apatridie, ce sont 600 000 personnes qui vivent comme des ombres, au sein de l'Union européenne.
Vidéos à la une
Un juge de San Francisco interdit à la Maison Blanche de suspendre les subventions fédérales aux collectivités qui s'opposent à sa politique. Le président américain voulait les faire plier en leur coupant les vivres. Plus de 200 villes dites sanctuaires, dont New York, Boston ou encore Los Angeles, refusent en effet de s'en prendre à leurs 11 millions de sans-papiers. Ce n'est pas la première fois que le président des Etats-Unis voit sa réforme migratoire retoquée par la justice. Une réforme qu'il doit repenser, tout comme il doit repenser la construction du mur avec le Mexique que l'opposition démocrate refuse de financer. 'Le mur va être construit les gars. (...) Le mur va stopper les drogues. Il va empêcher beaucoup de gens d'entrer. Ça aura un énorme impact sur le trafic d'êtres humains, qui est un gros problème dans le monde, un problème dont personne ne parle. Mais c'est un problème qui est sans doute bien plus grave qu'il ne l'a jamais été dans l'Histoire du monde', a affirmé hier Donlad Trump. D'ici vendredi, le Congrès doit adopter le budget fédéral. La minorité démocrate du Sénat dispose d'un pouvoir effectif d'obstruction et menace de l'utiliser si le président américain inclue des crédits pour financer la construction de son mur avec le Mexique.
Vidéos à la une
Le département américain de la Justice a menacé vendredi de retirer les fonds fédéraux à la Californie et à huit 'villes-sanctuaires' qui accueillent favorablement les immigrés illégaux. Répondant à une question, le ministre de la Justice Jeff Sessions s'est défendu de fonder son action sur des principes racistes. Jeff Sessions : 'Le département de la justice est foncièrement attaché à la non-discrimination raciale et l'application juste des lois dans toute circonstance. Ne doit-on pas appliquer nos systèmes légaux d'immigration ? Est ce raciste de le dire ? Si une personne entre illégalement dans notre pays, et si elle est interpellée une semaine plus tard à Los Angeles, est-ce un abus de l'interpeller et de l'expulser ? De son côté, le secrétaire à la sécurité intérieur des Etats-Unis John Kelly assure que les efforts pour réduire l'immigration illégale ont eu pour résultats une réduction de 30% des interpellations sur frontière mexicaine dans la période entre février et mars.
Vidéos à la une
La France accueille chaque année environ 220.000 étrangers légaux. Si Benoît Hamon ou Emmanuel Macron sont élus le 7 mai prochain, cela ne devrait pas changer puisque les deux candidats souhaitent un statu quo de la politique migratoire. Nicolas Dupont-Aignan et François Fillon veulent réduire le nombre de titres de séjour. Quant à Marine Le Pen, elle souhaite stopper toute immigration. À l'inverse, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud s'engagent à régulariser les étrangers sans-papiers actuellement en France.
Vidéos à la une
La cheffe de file du parti populiste de droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a annoncé mercredi, dans une vidéo publiée sur Facebook, qu'elle ne mènerait pas campagne lors des élections législatives prévues en septembre prochain. Son annonce surprise intervient à trois jours du congrès de son parti à Cologne.
Vidéos à la une
"Avec moi, il n'y aurait pas eu de Mohamed Merah (...), il n'y aurait pas eu les attentats du Bataclan et du stade de France", a affirmé Marine Le Pen lors de son meeting à Paris ce lundi. Invitée ce mercredi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, la candidate à la présidentielle a réaffirmé ses propos: "Les mesures que je veux mettre en oeuvre n'aurait pas permis à ces personnes d'être sur notre territoire ou en liberté". "Tous les étrangers qui ont été condamnés, quel que soit le délit, doivent rentrer chez eux", a affirmé la présidente du Front national.
Vidéos à la une
Ces migrants ont bien eu du mal à rester accrochés à leur embarcation et à ne pas couler lorsqu'ils ont glissé hors de leur bateau gonflable lors d'une opération de sauvetage au large de la Libye. Ce jour-là, le 14 avril, des milliers de réfugiés ont été sortis de l'eau par la Migrant Offshore Aid Station de Malte et les gardes-côtes italiens, dont un porte-parole a déclaré que dans le cadre de 19 opérations, 2.074 migrants avaient été secourus. Selon l'Office international des Migrations, 32.000 personnes sont arrivées en Europe cette année par la mer. Plus de 650 sont mortes ou portées disparues.
Vidéos à la une
La Suède, exemple de tolérance et d'ouverture, est mise à rude épreuve par l'attaque terroriste de vendredi dernier. En deuil, le pays doit gérer les tensions provoquées par la montée de l'islamophobie et des crimes de haine. Considéré, à juste titre, le pays le plus généreux d'Europe en matière d'asile, la Suède a accueilli 700 000 demandeurs d'asile depuis les années 1990. En 2015, elle en a accueilli 163 000. Le pays compte seulement 10 millions d'habitants. Cette politique d'ouverture se voit dans les rues de Rinkeby, un des secteurs de la banlieue de Stockholm où la population immigrée s'est majoritairement installée. Le quartier a déjà connu des émeutes de jeunes révoltés, mais l'inquiétude monte face à un climat politique tendu, selon ce leader local du Parti social-démocrate au pouvoir, Mohamed Nuur. 'Cela ne faisait pas 48h que c'était arrivé qu'on voyait déjà des photos truquées, une jeune femme musulmane avait été placée dans la zone de l'attaque, et là, vous voyez que les nazis et les personnes qui souhaitent répandre des idéologies haineuses étaient déjà à l'oeuvre.' L'hostilité envers les immigrants reste un tabou en Suède, mais des fissures commencent à apparaître, selon Sajad Khalaf, un maçon, né en Irak, âgé de 25 ans aujourd'hui. 'Les Démocrates de Suède, parti nationaliste, ont pris de l'ampleur, selon eux, être attaqué n'était qu'une question de temps et maintenant que c'est arrivé, je pense qu'ils vont encore gagner du terrain. Ce sera une catastrophe, je pense.' En effet, les thèses du parti anti-immigration 'Les démocrates de Suède' sont de plus en plus soutenues. Selon des sondages suédois, les gens le considèrent comme le second parti le plus important, juste derrière le Parti social-démocrate du Premier ministre Stefan Löfven. Ici, ce groupe de manifestants demandait justement la démission du chef du gouvernement en janvier 2016. Lors de la cérémonie en l'honneur des 4 victimes de l'attaque terroriste, le Premier ministre Stefan Löfven a fait l'éloge de la détermination de la société démocratique qu'est la Suède à surmonter, unie, cette épreuve. Mais le fait est qu'après la vague d'arrivée des réfugiés en 2015, le pays nordique s'est remis en question, et le gouvernement a, depuis, durci les règles de résidence, supprimer certaines aides et renforcé les contrôles aux frontières. 20.000 people in Sweden gather in Stockholm main square after the attack. pic.twitter.com/27YeFL75fI- PeterSweden (@PeterSweden7) 9 avril 2017
Vidéos à la une
Le camp de migrants de Grande-Synthe, dans le Nord de la France, a été réduit en cendres lundi soir par un incendie, qui aurait fait au moins une dizaine de blessés. Selon le préfet, une violente bagarre entre Afghans et Kurdes, qui a fait six blessés à l'arme blanche, est à l'origine du drame. Selon des témoignages, la discorde aurait pour origine l'arrivée massive d'Afghans après le démantèlement de la 'Jungle' de Calais en octobre dernier.
Vidéos à la une
Conséquence directe de l'afflux de migrants en en Allemagne, le gouvernement a décidé mercredi de renforcer sa législation contre les mariages forcés impliquant de jeunes enfants. Même si ces mariages restent très marginaux, une enquête a démontré que 361 fillettes avaient été mariées alors qu'elles n'avaient pas encore 14 ans. La plupart sont originaires de Syrie, mais aussi d'Irak et d'Afghanistan. L'Allemagne interdit le mariage des mineurs https://t.co/MKoka9Aa3x #Monde pic.twitter.com/NQiYNDar18- Tribune de Genève (@tdgch) 5 avril 2017 C'est Heiko Maas, le ministre allemand de la justice (un social-démocrate) qui a présenté ce projet au gouvernement : _ 'Les enfants n'ont pas à se retrouver à la mairie ou devant l'autel, diti-il, mais à l'école. Nous ne devons pas tolérer des mariages qui entravent des mineurs dans leur développement'._ Le projet de loi, qui doit encore être approuvé par le Parlement allemand, s'appliquera aussi aux mariages de mineurs contractés à l'étranger : ils seront invalidés. Des amendes sont également prévues dans le cas où ces mariages seraient conclus religieusement ou traditionnellement. Avec Agences
Vidéos à la une
A une heure et demi d'Athènes, la petite ville de Livadia est devenue le havre de paix de près de 300 réfugiés syriens. Grâce à un financement de la Commission européenne et à la gestion de l'agence onusienne des Droits de l'Homme, un programme d'hébergement a vu le jour pour les demandeurs d'asile et les candidats à la relocalisation. Depuis fin décembre, Hanan et sa famille habitent Livadia, ils ont eu la chance d'obtenir un appartement et 500 euros par mois. Hanan en est reconnaissante, elle cuisine aujourd'hui pour une occasion spéciale : ''Maintenant, nous avons une vie normale, comme les autres gens. Tout est bien ici. Mes enfants vont à l'école, ce n'est pas l'école que je voulais, mais c'est une école. J'ai un toit, une cuisine, je peux aller à la salle de bains. j'ai une vie normale.' Le petit Ahmad est né dans le camp de réfugiés de Ritsona il y a 9 mois. Ils y ont passé 9 mois, dans une tente, aujourd'hui, ils tentent tous d'oublier cette période, d'oublier Idilb et la guerre pour planifier leur avenir. ''J'ai des amis en Irlande, ils m'aident pour que je puisse les rejoindre. J'ai déjà obtenu la permission du commissariat de l'ONU pour les réfugiés d'aller en Irlande. Je ne sais pas quand nous irons. Cela peut prendre deux ou trois mois, donc on patiente'', explique Youset Hanash. Il est temps pour la famille Hanash de quitter la maison pour rejoindre un pique-nique organisé par la ville. Ces rencontres permettent aux 52 familles actuellement accueillies de se retrouver. A ce jour, la ville de Livadia héberge 294 réfugiés, seulement des familles. Au total, 70 appartements pourront accueillir 420 demandeurs d'asile en 2017. La maire de la ville Yiota Poulou estime que la ville a beaucoup gagné et appris avec ce projet : ''[Livadia] est une ville modèle qui accueille les réfugiés et leur offre des conditions de vie décentes. Nous croyons en la solidarité. En même temps, la ville en tire des bénéfices économiques. Et en cette période de crise, en 2017, 1,2 million d'euros renforcent notre économie locale. C'est très important.' Alors que de jeunes grecs et de jeunes réfugiés jouent au foot, les plus petits doivent aller à l'école. Les enfants grecs et réfugiés suivent les cours de sport et de musique ensemble, mais les petits Syriens ont des cours particuliers de Grec. A l'école primaire Niki Stregiou enseigne le grec aux 83 petits réfugiés. Elle a gagné leur confiance, mais au départ, il y a trois mois, ce n'était pas évident, comme l'explique l'institutrice Niki Stergiou : ''Les premiers jours, la situation était chaotique dans la classe. Ils avaient l'air de ne pas écouter, de ne pas me respecter. Ils ne pouvaient pas comprendre que j'étais leure professeure, qu'ils devaient suivre des règles. Quand ils étaient en colère ou que certains se battaient, d'autres prenaient leurs cartables et partaient. Ils escaladaient le mur, ils essayaient de s'échapper.' Et notre journaliste Apostolos Staikos de conclure depuis l'école de Livadia : 'pour beaucoup d'enfants réfugiés, c'est la première fois qu'ils vont à l'école. Ils apprennent en plus une langue dont ils ne connaissaient pas l'existence. Ils vivent dans un pays, qui est supposé n'être qu'une étape vers le nord de l'Europe. Mais, avec le soutien de la communauté locale, ils ont construit une nouvelle vie.'
Vidéos à la une
Ces hommes et ces femmes reviennent d'un enfer. L'enfer des camps de détention de migrants d'Afrique du nord. Ils sont 169 à être rentrés en Gambie grâce aux efforts du gouvernement et de l'Organisation internationale pour les migrations. Après une éprouvante traversée du désert, en quête d'une vie meilleure en Europe, la plupart de ces migrants ont été stoppés en Libye et placés dans ces camps. Ils y sont restés plusieurs mois, sous le joug de milices et de réseaux de passeurs sans scrupules, dans des conditions inhumaines. comme des chiens 'Ils tirent dans les jambes des gens, ils leur tirent dans la tête, n'importe où, témoigne Faramou. Ils vous tuent sans aucune raison, comme des chiens. Les chiens ont plus de valeur que les noirs. Il n'y a que des noirs dans ces prisons. Ils sont battus tous les jours, il n'y a pas de nourriture, ça a été une période très difficile.' 'Ce soir je vais faire la fête, grâce à dieu, pour certains de mes amis qui sont morts sous mes yeux, certains qui ont été blessés, par balle. En ce qui me concerne, j'y ai échappé, j'ai juste été battu, et mes blessures ont guéri depuis', raconte Moulou. hangars à humains Médecin sans frontières dénonce des 'hangars à humains' où 'les gens sont abusés, usés, vendus...', 'à la merci de leurs geôliers'. Pour l'ONG, cette solution est totalement inadaptée en Libye, un pays en plein chaos. Arjan Hehenkamp, MSF Lybie : 'Dans les camps de migrants j'ai vu des gens qui ont perdu leur autonomie et leur dignité' pic.twitter.com/vVmU2JlYLh- virginie riva (@virginieriva) 3 avril 2017
Vidéos à la une
'Attention, attention, je vous préviens que vous êtes à la frontière hongroise, si vous endommagez la clôture, franchissez illégalement ou essayez de traverser, cet acte sera considéré comme un crime en Hongrie' Les messages d'avertissements à l'attention des migrants raisonnent. Des 'chasseurs de frontières' seront bientôt déployés le long du mur de barbelés, séparant la Hongrie de la Serbie. La police hongroise recrute 3 000 'chasseurs' qui viendront s'ajouter aux 10 000 soldats et policiers qui surveillent la frontière. Ils sont plus de 2000 à s'être portés volontaires dans tout le pays, animés par un fort sentiment nationaliste. Zoltan Replyuk, 25 ans, explique qu'il a toujours voulu ' être policier, cette formation est une occasion fantastique. Je peux servir et défendre ma patrie'.Cette brigade doit entrer en action en mai. Le gouvernement hongrois a commencé à installer une deuxième ligne de clôture barbelée, équipée de caméras thermiques, le long de la frontière serbe. La police a indiqué avoir arrêté plus de 100 migrants illégaux au cours des 30 derniers jours. Médecins Sans Frontières s'alarme du nombre croissant de migrants battus ou piétinés lors de leur arrestation. Avec agences
Vidéos à la une
Andres Manuel Lopez Obrador s'est rendu hier à l'Église de Notre Dame de Guadeloupe, dans le quartier de Chelsea à Manhattan. Il y a rencontré des migrants pour lesquels il promets de se battre, qui à devoir saisir les Nations unies ou la Commission américaine des droits humains. Son intervention a été interrompue par un groupe de manifestants qui l'accuse d'être lié au massacre présumé de 43 étudiants dans la ville d'Iguala. Massacre qui aurait été orchestré par le maire de la ville, Jose Luis Abarca, sur ordre d'un cartel de la drogue.
Vidéos à la une
Il n'y a pas que le mur anti-migrants souhaité par Donald Trump qui irrite les Mexicains : lundi, le ministre de l'intérieur des Etats-Unis a indiqué qu'ils souhaitait séparer les enfants de leurs parents s'ils entraient illégalement aux Etats-Unis. Ce projet qui vise à décourager les mères à quitter leur pays avec leurs enfants a été condamné jeudi par le ministre mexicain des Affaires étrangères lors d'une visite officielle à Washington. 'Nous pensons que séparer les familles à leur arrivée, indépendamment des raisons qui ont motivé cette politique, représente une attaque à l'intégrité de l'unité fondamentale de la société, je veux parler de la famille, a déclaré Luis Videgaray. Autre motif de mécontentemement entre Mexico et Washington : le contentieux commercial qui oppose désormais les deux pays. Signe des tensions, le président mexicain n'a toujours pas rencontré Donald Trump et aucun rendez-vous n'est programmé dans les semaines qui viennent. Avec Agences
Vidéos à la une
Le nombre d'immigrés entrés illégalement aux Etats-Unis depuis le Mexique a chuté avant même l'investiture de Donald Trump. Le Secrétariat de la Sécurité nationale a enregistré 30 et 40 % d'arrestations en moins en janvier et février par rapport à la même période en 2016. En cause, les promesses de campagne pour le moins radicales du locataire de la Maison Blanche en la matière. Secrétariat qui envisage néanmoins de durcir encore sa politique en séparant les enfants de leurs parents ayant traversé la frontière illégalement.
Vidéos à la une
La réintroduction de la détention systématique de tous les demandeurs d'asile en Hongrie scandalise le Parlement européen. Les députés réclament un débat lors de la prochaine session plénière. Le groupe des Verts demande aussi à la Commission européenne de lancer une procédure d'infraction. L'eurodéputée libérale néerlandaise, Sophia in 't Veld, se dit " très choquée et horrifiée ". Elle rappelle qu'il y a " 50 ans il y avait des réfugiés hongrois. Ils n'étaient pas enfermés dans des conteneurs, ils n'étaient pas attaqués, ils n'étaient pas victimes de violence ". Pour l'élue, cette affaire dépasse les questions de droit. Le sort des migrants en Hongrie inquiète aussi Médecins sans frontières. L'ONG estime qu'une centaine de personnes ont été victimes de violences policières. Elle parle de passage à tabac, de morsure de chien ou encore l'utilisation de gaz poivré. L'eurodéputé social-démocrate Eugen Freund évoque une dérive de la Hongrie " très dangereuse et que nous ne souhaitons pas voir ". En réponse Budapest explique que sa priorité est la sécurité des citoyens hongrois.
Vidéos à la une
L'accord migratoire entre l'Union européenne et la Turquie a permis de réduire fortement les arrivées de migrants en Grèce. Toutefois, près de 14 000 réfugiés sont toujours bloqués sur cinq îles grecques de la mer Égée. Mais les ressources économiques de ces territoires souffrent de la réponse des États membres à cette crise. Pour le maire de Chios, Manolis Vournous, " les conséquences sont désastreuses financièrement et socialement ". Selon lui " cet accord fonctionne pour l'Union européenne, probablement pour la Turquie, mais pas pour les communautés locales ". .JunckerEU Avramopoulos with mayors of Aegean islands #Lesvos #Chios #Samos #Kos #Leros, symbols of EU solidarity. pic.twitter.com/RvRH9gc11d- Margaritis Schinas (@MargSchinas) 7 mars 2017 Alors que la haute saison touristique va bientôt débuter, les maires des cinq îles cherchent le soutien de la Commission européenne. En réponse, le Commissaire chargé de la Migration, Dimitris Avramopoulos, annonce des facilités de visa pour " les citoyens turcs qui se rendront sur les îles pour quelques jours ". Selon l'Organisation internationale pour les migrations un peu moins de 20 000 personnes ont rejoint depuis le début de l'année l'Europe par la mer.
Vidéos à la une
La Cour de justice de l'Union européenne a tranché. Ses pays membres ont le droit de refuser un visa humanitaire à ceux qui espèrent un asile par ce biais. C'est le cas d'une famille syrienne éconduite par la Belgique qui avait lancé cette procédure. Le père avait été torturé et réclamait un visa pour la Belgique. Réfugiés: les Etats membres pas tenus de délivrer des visas, estime la CEJ https://t.co/eyofm8q0wf pic.twitter.com/IxjhN9CMuy- TwitPolitique - RTBF (@TwitPolitique) March 7, 2017 Pour ceux qui défendaient le refus belge, une décision différente de la Cour aurait ouvert un nouveau filon pour les demandeurs d'asile, pour entrer dans l'UE. Chaque pays européen gardera donc le contrôle de sa politique d'octroi de visas humanitaires. Preuve que la question des migrants divise les pays européens, la Hongrie définit ses propres règles, contre l'avis de l'UE. Ce même jour le Parlement hongrois a voté pour rétablir la mise en détention systématique de tous les demandeurs d'asile présents dans le pays. La mesure avait été supprimée en 2013 sous la pression de l'Union européenne et du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés. En Hongrie, les migrants passeront obligatoirement par la case prison https://t.co/XViRrFCItE pic.twitter.com/4ZA5M3UHhJ- L'Express (@LEXPRESS) March 7, 2017 Par 138 voix pour et 6 contre, les députés hongrois acceptent que les migrants soient placés dans des 'zones de transit' à la frontière, sans doute des conteneurs aménagés, où il seront détenus dans l'attente d'une décision définitive concernant leur demande d'asile. La Hongrie érige actuellement une deuxième barrière antimigrants à sa frontière serbe, parallèle aux barbelés de la première et équipée de caméras thermiques ainsi que d'alarmes. L'#ONU condamne fermement la réintroduction de la détention systématique des migrants en #Hongrie https://t.co/270hYntMwG pic.twitter.com/uc0NIL1U9D- RT France (@RTenfrancais) March 7, 2017
Vidéos à la une
Klaxons et tambours sont venus rythmer le rassemblement de soutien aux réfugiés ce lundi dans le quartier européen de Bruxelles. Leur slogan 'ramenez-les ici' demande aux Etats membres de tenir leur promesse et de relocaliser au plus vite les réfugiés toujours coincés en Grèce et en Italie. Si de nombreuses organisations sont présentes, l'initiative est avant tout citoyenne. Elle a été lancée par une poignée de citoyens néerlandais. Rikko Voorberg est l'un d'entre eux. Il déclare à Euronews: 'On se bat contre une situation où environ des gens sont coincées en Grèce. Ils sont environ 63 000. En septembre 2015, il a été promis qu'ils seraient relocalisées pour la suite de leur procédure d'asile et cela n'a juste pas été fait. Aujourd'hui, plus d'un an et demi plus tard, 85% d entre eux sont toujours coincés là-bas'. Alors que la date butoir approche fin septembre les manifestants espèrent mettre un coup de pression sur les dirigeants européens quelques jours avant le prochain sommet.
Vidéos à la une
Samedi, environ 250 migrants ont été secourus en mer par l'ONG espagnole Proactiva Open. Les candidats à l'exil avait embarqué à bord de canots pneumatiques au départ de la Libye. Les canots étaient surchargés et menaçaient de chavirer lorsque les migrants ont été pris en charge. Ils ont ensuite été évacués vers l'Italie.
Vidéos à la une
En Italie, les autorités ont procédé au démantèlement d'un camp utilisé par des migrants près de Foggia dans la région des Pouilles dans le sud du pays. Des milliers de personnes habitaient dans des baraques en bois et en toile, dans des conditions très précaires. Les autorités craignaient que le site ne soit infiltré par des groupes criminels.
Société
A la suite du décret du président des Etats-Unis sur l’immigration, le cas de Français possédant également la nationalité des pays visés par le décret pose problème. 
Vidéos à la une
Un muret a été construit autour de l'étoile de Donald Trump sur Hollywood Boulevard, en référence à la proposition du candidat républicain...
Société
La photo d’une carte de retrait qui permettrait aux migrants de retirer jusqu’à 40 euros par jour circule depuis mardi sur les réseaux sociaux. Info ou intox ?
Vidéos à la une
Un coup de filet dans la République de Macédoine a permis de démanteler un réseau de passeurs. 19 personnes ont été arrêtées, parmi elles cinq policiers. Quelques 560 migrants ont été clients de ces passeurs, qu'ils devaient payer entre 500 et 1000 euros. 'Le groupe a commencé à opérer début 2015 à un niveau national et international, a expliqué le ministre macédonien de l'Intérieur, Mitko Cavkov, se spécialisant dans les activités criminelles, le trafic de drogue, le trafic de migrants et les abus de pouvoir. Certains policiers sont impliqués dans ces activités criminelles.' En février, les pays des Balkans ont fermé leurs frontières à des centaines de milliers de migrants venus d'Asie ou du Moyen Orient. Certains tentent encore de rejoindre le nord de l'Europe, avec l'aide des trafiquants d'êtres humains.
Vidéos à la une
Des opérations de sauvetage de grande ampleur ont pu être menées ce mardi en mer Méditerranée. Près de 1000 migrants qui avaient quitté la Libye direction l'Italie ont été secourus dans six opérations différentes. Quatre personnes ont en revanche été retrouvées mortes, probablement asphyxiées. Frontex, l'organe très critiqué de contrôle des frontières extérieures de l'Union va être renforcée comme l'a confirmé son directeur. 'Il ne s'agit pas de punir des pays. Il s'agit de renforcer collectivement la zone Schengen, d'établir une frontière extérieure plus efficace et plus forte' a déclaré Fabrice Leggeri. Frontex a par ailleurs annoncé que le flux de réfugiés et de migrants en Europe avait nettement ralenti depuis l'entrée en vigueur de l'accord entre l'Union et Ankara en avril. 'La réalité est que l'Union européenne est critiquée pour sa responsabilité qui signe l'échec absolu de ses Etats membres, de ses gouvernements qui jouent dans le contexte européen la carte nationaliste' a déploré Peter Sutherland, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour les migrations. Migrants: Frontex se redéploie dans les eaux italiennes https://t.co/wrH4yqewH4 pic.twitter.com/fEWayqyIgB- RFI (@RFI) 12 juillet 2016 Depuis le printemps, l'Italie est redevenue la principale porte d'entrée des migrants en provenance, principalement d'Afrique subsaharienne. A Rome , plus de 300 personnes campent toujours près de la gare Tiburtina.
Vidéos à la une
L'homme âgé de 36 ans avait pris la défense de sa campagne, que l'agresseur - un supporter ultra du club de football local - avait traité de singe. Il a alors reçu plusieurs coups sur la tête avec le mât d'un panneau de signalisation. Hospitalisé dans un état critique, il n'a jamais repris connaissance. Le couple vivait dans un centre de la Caritas à Fermo dans les Marches depuis huit mois. Après une difficile traversée de la Méditerranée, la jeune femme avait perdu son bébé. Une jeune Camerounaise a eu plus de chance. Elle a donné naissance à une petite Manuela pendant la traversée vers l'Europe. La mère et son enfant sont saines et sauves. Elles font partie du millier de migrants secourus mardi lors de diverses opérations de sauvetage et débarqués mercredi soir dans le port de Reggio Calabria. Ils étaient aussi plus d'un millier à arriver mercredi dans le port d'Augusta en Sicile. Un petit groupe de Somaliens parti de Turquie est parvenu à gagner une réserve naturelle sicilienne en échappant aux contrôles. Les autres ont été secourus la veille lors de six opérations de sauvetage menées au large de la Libye. Le Parlement européen a adopté ce mercredi un texte créant un nouveau corps pour protéger les frontières extérieures de l'Union, réunissant Frontex et des gardes-frontières nationaux.
Vidéos à la une
Une centaine de migrants originaires d'Afrique sont bloqués au Costa Rica, un pays large d'une centaine de kilomètres, qui relie les Amériques du nord et du sud. Un camp de fortune a été improvisé à Peñas Blancas au nord du pays, près de la frontière nicaraguayenne... sur la route vers les États-Unis. Pas d'eau courante, ni électricité.... Les conditions sanitaires sont affreuses. La frontière avec le Nicaragua est fermée. Certains migrants attendent depuis plusieurs mois: 'ici on souffre beaucoup. On est arrivé au Costa Rica comme des immigrants mais ils ne nous traitent pas comme des immigrants. On n'a nulle part où dormir, on n'a nulle part ou vivre, et on subit beaucoup de calamités' explique un homme au milieux du bidonville. Comme son voisin, le Costa Rica semble décidé à fermer cette route empruntée chaque année par des milliers de migrants. En avril près de 250 personnes ont été expulsés du pays vers le Panama De plus en plus de migrants se retrouvent bloqués plus au sud, au Panama... Dans un schéma proche de celui des portes de l'Europe.

Pages

Publicité