Alors que les retraités se retrouvent eux aussi à devoir se serrer la ceinture et finissent par ne plus pouvoir boucler leur fin de mois, le Conseil général de l'Essonne annonce une plutôt bonne nouvelle. D'ici peu, des maisons de retraite low cost, de 30 à 40% moins chères, vont ouvrir dans le département. Les détails...

Ce sera certainement une bonne nouvelle pour tous les retraités qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Le Conseil général de l'Essonne, en Ile-de-France, a créé un nouveau service public de maisons de retraite. Le but ? Pouvoir proposer des places à seulement 60 euros par jour, soit 30 à 40% moins cher que les maisons de retraite classiques.

Pour Jérôme Guedj, président PS du Conseil général interrogé par RTL, "personne ne doit renoncer à une maison de retraite". Et c'est pourtant de plus en plus souvent le cas. En effet, on estime aujourd'hui qu'un mois en maison de retraite revient en moyenne à 2 200 euros, alors que le montant moyen de la retraite est évalué à 1 500 euros mensuels.

"On fait le choix de plus de solidarité""Les gens de la classe moyenne ne peuvent plus se payer la retraite, soit ils y renoncent, soit ils sont obligés de vendre leurs maisons ou puiser dans les ressources de leurs enfants", ajoute Jérôme Guedj. Le président du Conseil général insiste sur le fait que c'est "un acte militant et innovant [...] au moment où le gouvernement renonce à mettre en place la réforme de la dépendance. Nous on avance, on fait le choix de plus de solidarité en faveur des personnes âgées".

Publicité
Ces premières maisons de retraite low cost seront construites à Courcouronnes, aux Ulis et à Morangis. Elles pourront accueillir 270 personnes. Mais ce n'est qu'un début : ce réseau de maisons de retraite à bas prix devraient pouvoir recevoir jusqu'à 1 000 personnes d'ici quelques années. La toute première maison de retraite low cost construite sera celle de Morangis. Sa construction débutera le 25 novembre prochain, et elle devrait pouvoir ouvrir en mars 2013.

© MaxPPP

Publicité