Dans le cadre de l'effort national au redressement des comptes de l'Etat français, les députés de l'Assemblée nationale se sont exprimés lundi dernier sur un amendement visant à réduire leurs indemnités de fonction de 10%. Amendement rejeté... Les détails avec Planet.fr.

Lundi 14 novembre, les députés de l'Assemblée nationale ont été amenés à se prononcer sur un amendement destiné à réduire leurs indemnités. Proposé par Lionnel Luca, l'un des leaders du groupe de la Droite populaire, l'amendement envisageait une réduction de 10% des sommes perçues par les députés dans le cadre de leur fonction. Le but annoncé étant de participer à l'effort national visant à faire des économies dans le budget de l'Etat.

Bien que son parti soit proche de la majorité, l'UMP, avec en tête le président du groupe Christian Jacob et le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, s'est déclarée contre cette proposition. Côté PS, la réponse n'a pas été différente.

L'amendement aurait été sans incidence sur les indemnités des députésCela peut peut-être s'expliquer par une raison très simple, exposée par Michel Diefenbacher, porte-parole du groupe UMP à l'Assemblée nationale. En effet, il avait expliqué que, même s'il était voté, l'amendement n'aurait aucun effet réel sur le niveau des indemnités des députés, parce qu'il aurait fallu une proposition ou un projet de loi, et pas seulement un simple amendement.

Certains députés ont tout de même voté l'amendement. C'est le cas de la député UMP Chantal Brunel, qui souhaitait que l'Assemblée apporte "une petite pierre" à l'effort national concédé en cette période de crise.

Publicité
Les députés ont cependant accepté une petite réduction : le montant que l'Etat donne pour le fonctionnement de l'Assemblée sera diminué de 3% en 2012. A terme, cette décision devrait pouvoir faire économiser 180 millions d'euros sur la législature 2007-2012.

© MaxPPP

Publicité