Julie Gayet signe son retour au petit écran. L’actrice surmédiatisée cette année pour des raisons bien loin du monde des tournages sera présente dans un épisode de la cinquième saison de Profilage sur TF1.

La chaine de télévision TF1 donnait la semaine dernière la date de lancement de la cinquième saison de Profilage avec une petite surprise au casting.

La série, raconte l'histoire de Chloé Saint-Laurent, interprétée par Odile Vuillemin, une psychologue spécialisée en criminologie qui traque les assassins en décryptant leur esprit. Cette saison démarrera sur les chapeaux de roue le 16 octobre après une quatrième saison qui se finit en apothéose (on ne pourrait pas vous en dire d’avantage sans casser le suspense).

La nouveauté cette saison vient du casting. En effet, TF1 a confirmé l’arrivée d’Eric Berger (Tanguy) pour "l’ensemble de la saison" et de … Julie Gayet, pour un épisode.

Si on sait déjà qu’Eric Berger jouera le rôle d’un "criminel dangereux et impitoyable qui fomente un plan diabolique depuis sa cellule", celui de Julie Gayet demeure un mystère.

À lire aussi - Julie Gayet sort de son silence et évoque les conséquences des révélations de Closer

Un premier rôle discret pour la reprise

L’actrice fera son apparition dans l’épisode diffusé le 23 octobre prochain et intitulé "Sur la liste". Tout ce que l’on sait de cet épisode mystérieux s’arrête au pitch : "Un étudiant vient de faire feu sur ses camarades de fac, filmant le massacre sur son téléphone portable. On découvre sur la vidéo que le tireur a été stoppé par son professeur qui l’a ensuite abattu froidement avec l’arme avant de prendre la fuite".

Publicité
Si l'actrice n'apparait qu'une fois dans la saison, elle ne semble pas s'en formaliser. Dans une interview réalisée il y a peu pour Ciné+, Julie Gayet confiait que "depuis ces dernier mois j'ai reçu des scénarios de femme agent secret, de femme flic, de représentante de la France bleu, blanc, rouge (...) et ça, c'est assez rigolo".

Vidéo sur le même thème - Affaire Gayet : deux responsables de Closer condamnés avec sursis