Lorsque l'on hérite, c'est de tout : des biens du défunt mais aussi de ses dettes. Lorsqu'il y en a trop, vous avez le droit d'y renoncer. Comment s'y prendre ? Explications.

Comment refuser un héritage ?

Accepter un héritage permet à l'héritier de recevoir les biens du défunt mais lui impose aussi de payer ses dettes (factures impayées, crédits, arriérés de loyers...). Des dettes qui devront être remboursées avec les biens hérités mais aussi, s'ils ne suffisent pas, avec ses fonds personnels.

 

Vous pouvez renoncer : le refus d'héritage intervient souvent lorsque le défunt laisse à sa mort de nombreuses dettes. La loi offre aux héritiers trois options successorales : l'acceptation pure et simple, l'acceptation à concurrence de l'actif net et la renonciation. Autrement dit, au moment de l'ouverture de la succession, vous pouvez tout à fait accepter ou refuser l'héritage.

 

C'est un choix personnel que chaque héritier peut faire pour lui-même. Il se fait sur l'ensemble du patrimoine. Vous ne pouvez pas en accepter une partie et en refuser une autre.

 

Publicité
Si vous refusez la succession : vous ne recevrez rien ni ne serez tenu au paiement des dettes et charges de la succession. Seule une partie des frais d'obsèques, si vous êtes un descendant ou un ascendant du défunt, peut vous être demandée.

 

Publicité