Voguer au grès du vent pour s’évader, l’espace de quelques heures, sur votre nouveau bateau, c’est bien. Mais naviguer bien assuré, c’est mieux. Et ce n’est pas Magali Troyard, Responsable de l’assurance plaisance au sein de Generali qui dira le contraire. Entretien. 

Planet.fr : Qu’est-ce qu’une assurance bateau de plaisance ?

Magali Troyard : Par définition, la désignation d’une assurance bateau dépend de l’usage que l’on aura de l’embarcation. S’il est question d’utiliser le bateau à des fins personnelles (ce, quelle que soit la taille de l’embarcation), il conviendra de souscrire une assurance plaisance. Par opposition, s’il s’agit de l’utiliser à des fins professionnelles (navettes touristiques, etc.), il sera alors question d’assurance corps de navire.

Planet.fr : Quels sont les différents niveaux de couvertures ?

MT : Pour ce qui est de l’assurance bateau de plaisance, les assureurs proposent deux types de couvertures.

-          La formule de base qui comporte généralement trois volets. La responsabilité civile : elle prend en charge les dommages corporels et matériels causés à autrui, mais pas ceux subis par le bateau ; la garantie défense et recours : elle aide l’assuré lorsque celui-ci est mis en cause ; Et la garantie de frais de retirement qui couvre les frais d’enlèvement du bateau lorsque celui-ci devient gênant.

-          De l’autre côté, celle que nous recommandons le plus souvent, n’est autre que la formule multirisques. En plus des garanties présentent dans la formule de base, elle propose une garantie dommage et perte. Concrètement, elle couvre les dommages et les pertes causés accidentellement durant la navigation en cas de naufrage par exemple ; la garantie vol total ou partiel ; ainsi que la garantie biens et effets personnels. Au-delà de cela, chez Generali, nous proposons un certain nombre de garanties et/ou services optionnels. Lesquels peuvent aller des services d’assistance bateau, au dépannage en mer 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en passant par la garantie individuelle marine (qui couvre les passagers et l’équipage). Nous proposons même un service de conciergerie en mettant en place des équipes spécialisées en mesure de répondre à tous les besoins de nos assurés qu’ils soient sur leur bateau ou pas.

Planet.fr : L’assurance bateau de plaisance est-elle obligatoire ?

MT : Non. Bien que celle-ci soit fortement recommandée. Si votre bateau est amarré dans un port par exemple, on pourra vous demander une attestation d’assurance. Dans l’absolu, en cas d’absence d’assurance, si vous constatez des dommages matériels sur votre embarcation, les réparations seront à votre charge. Sans compter que, si vous n’êtes pas assuré et que vous occasionnez des blessures physiques, les préjudices moraux et pécuniaires peuvent être considérables.

Planet.fr : Mais alors, comment bien choisir son assurance bateau ?

Publicité
MT : Tout dépend de vos besoins et des caractéristiques de votre embarcation. Si le marché de l’assurance bateau de plaisance propose généralement les mêmes garanties, la différence entre les assureurs porte le plus souvent sur les prix et les services. Chez Generali par exemple, nous proposons des bonus de franchise à 50 %. Ce qui, très concrètement, signifie qu’au bout de deux années, vous n’avez plus à payer la franchise. Une autre garantie à considérer n’est autre que celle que l’on nomme garantie valeur à neuf. Elle vous permet de récupérer le montant à neuf de votre bateau en cas de perte totale. Chez nous, elle est portée à 6 années. Côté prix, il est difficile de donner une moyenne dans la mesure où les tarifs des assurances bateau varient, une fois encore, en fonction des caractéristiques de l’embarcation (âge, valeur, port d’attache, etc.). Tous les prix sont fixés au cas par cas. Toutefois, pour vous donner une idée au sein de Generali, le montant moyen s’élève à 570 euros de cotisation annuelle.

 En vidéo - L'assurance plaisance est-elle obligatoire ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet