Le chef de l'Etat entretient le doute sur sa candidature à la présidentielle de 2017, ce qui fait réagir certains politiques, même à gauche.

Candidat ou pas candidat ? Telle est la question qui taraude François Hollande... et de nombreux hommes politiques. A l'instar de Frédéric Kalfon, directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, qui a demandé "une intégration dans les comptes de campagne" des dépenses de certains discours de François Hollande. "Pendant combien de temps encore Francois Hollande va-t-il faire campagne avec des moyens qui ne sont pas intégrés à son compte de campagne ?", s'est interrogé le socialiste sur Sud Radio et Public Sénat.

"Un Canada Dry de meeting électoral"

Dans le viseur de François Kalfon, le discours du président de la République sur la démocratire face au terrorisme à la salle Wagram le 8 septembre dernier. Dans ce discours, les allusions et messages politiques, notamment à l'encontre de ses "futurs" concurrents, n'ont pas manqué d'être remarqués. "C'était le Canada Dry du meeting électoral, la salle Wagram, les sièges opéras, les tentures rouges, les boiseries jaunes, ça avait la couleur d'une réunion électorale, ça avait l'odeur d'une réunion électorale et on nous a indiqué [...] que ce n'était pas une réunion électorale", a réagi François Kalfon.

Mais l'homme politique a aussi dans son viseur le discours de François Hollande le 6 octobre à l'Assemblée nationale. "Je demande à ce qu'il y ait une certaine forme de retenue, une intégration dans les comptes de campagne et un comportement, à côté de cela, du Parti socialiste, qui soit moins partial. Jean-Christophe Cambadélis se comporte en agent électoral de François Hollande", a-t-il ajouté.

A lire aussi François Hollande : pourquoi est-il si bavard avec les journalistes ?

Le Parti socialiste est conscient du problème

Si François Kalfon réclame cela, c'est parce que depuis le 1er avril, tout évènement est susceptible d'être intégré dans les comptes de campagne des candidats par la Commission des comptes de campagne, rappelle Europe 1Les proches de François Hollande et le Parti socialiste sont conscients du problème. "La prudence obligera de se poser la question de l’intégration de tout ou partie de cet événement dans le compte de campagne", confirme à la radio Jean-François Debat, trésorier du PS. Quand on fait de la politique de manière responsable, on sait qu’un événement comme celui-ci on devra le considérer, si le président est candidat, dans les comptes de campagne de la présidentielle."

Publicité
Selon les informations d’Europe 1, c’est uniquement quand François Hollande se déclarera candidat que "la direction de cabinet épluchera l’agenda depuis avril dernier et produira les documents comptables permettant de faire le tri" entre les deux comptabilités. Toutefois, les moyens de sécurité autour du président ne seront jamais intégrés dans les comptes de campagne car c'est la procédure pour un chef de l'Etat.

Vidéo sur le même thème : François Hollande : ses plus belles gaffes !

Publicité