Si les doutes sont nombreux depuis l’annonce il y a quelques mois, le nouveau compteur électrique Linky inquiète toujours plus les consommateurs, associations et même les élus.  

Le nouveau compteur électrique Linky semble mal parti pour durer. La Ligue des droits de l’Homme s’inquiète à son tour de l’utilisation qui pourrait être faite des informations relevées sur la consommation d’électricité par les Français. Ces compteurs pourraient être utilisés à des fins de surveillance.

"Selon l'association, il existe un risque que l'utilisation du compteur puisse être détournée à des fins de surveillance. Car même s'il ne s'agit que d'informations sur la consommation énergétique des foyers, ces données peuvent en dire long", précise Europe1.fr.

A lire aussi : Peut-on refuser d’installer le compteur électrique Linky ?  

Un rejet du compteur dans une centaine de villes

Des communes prennent elles-aussi des mesures pour éviter de voir leurs administrés être équipés de ces appareils. Ainsi, comme le rapporte France Bleu, la ville de Villeneuve-les-Cerfs, dans le Puy-de-Dôme, vient de voter à l’unanimité le refus de ces compteurs. Déjà une centaines de communes ont déjà refusé cette installation.

La compétence du réseau électrique ayant été confiée aux intercommunalités ou à la métropole, le choix d’un maire de le refuser ne sera pourtant que symbolique.

Publicité
L’installation du nouveau compteur électrique d’ERDF, Linky, dans les foyers français, a débuté en décembre. L'objectif de ces nouveaux compteurs est de collecter des informations sur les habitudes de consommation des Français pour que les producteurs d'électricité puissent anticiper les besoins énergétiques, et ainsi permettre de faire des économies.

En vidéo sur le même thème : La tension monte autour du nouveau compteur électrique Linky