"Une fifille à papa", voilà comment André D. - dit "Max" - le chauffeur de Jacques Chirac pendant 18 ans, qualifiait Claude, la fille cadette de Jacques et Bernadette. Dans un long entretien publié dans le livre En route avec le patron (éd. Plon), le conducteur des Chirac se rémémore la fois où la fille, alors qu'elle n'avait qu'une vingtaine d'années, l'avait menacé de le faire licencier.
Quand Claude Chirac menaçait de faire virer le chauffeur de son père

Claude Chirac était-elle une chipie ? C’est ce qu’indique le témoignage d’André P. – surnommé « Max » en référence au film Mad Max – dans le livre En route avec le patron (à paraître chez Plon le 30 janvier), qui restitue un long entretien entre celui qui fut le chauffeur de Jacques Chirac pendant 18 ans et le journaliste André Demullet. Il faut dire, le conducteur et les enfants ont passé beaucoup de temps ensemble à l’époque où celui qui n’était pas encore président n’était pas du tout présent pour ses filles : « Pour être tout à fait juste, le patron aimait beaucoup ses filles, mais il n’avait pas vraiment le temps de s’en occuper. Il se noyait dans le travail. Il était toujours sur les routes. Il ne voulait rien laisser au hasard, sachant trop bien qu’il avait un destin présidentiel à accomplir. »

Dès lors, Max était en première ligne pour décrire le caractère de la cadette de Jacques et Bernadette : « Ah ! Claude, c’était compliqué pour elle. Claude n’a pas eu d’enfance. C’est terrible à dire mais, hélas ! c’est la vérité. Grandir sans son père, tout dévoué au peuple français, ce n’était pas chose aisée. D’autant qu’avec sa mère, disons-le, ce n’était franchement pas le grand amour. Claude en était blessée et avait une façon bien à elle de manifester son manque d’affection : par un caractère disons difficile. »

« J’vais le dire à mon père !... Il va te renvoyer ! »

Dans...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !