Sa communauté lui interdit de chanter, mais elle est déterminée à faire entendre sa voix. A 30 ans, Nessa revendique sa liberté de femme gitane en participant aux auditions à l'aveugle de The Voice et compte bien faire sauter les verrous du patriarcat.
Nessa (The Voice 2020) : "C'est nouveau qu'une femme gitane veuille être dans la lumière"

Closer : comment avez-vous vécu votre passage aux auditions à l'aveugle ?

Nessa : Mon passage dans The Voice a été salvateur. Je suis la personne la plus heureuse du monde depuis que j'ai mis les pieds sur ce plateau. J'ai eu le sentiment de gagner une liberté pour moi, mais aussi pour toutes les femmes gitanes.

Les femmes gitanes n'ont pas le droit de chanter. En participant à The Voice, vous avez donc désobéi à la loi de votre communauté. Pourquoi ?

Je souhaite montrer que, nous, les femmes gitanes, ne sommes pas que des soldats du quotidien. Nous sommes vivantes, nous avons des rêves. Je veux que nous soyons enfin reconnues à notre juste valeur. Notre communauté est très patriarcale. Nous grandissons avec cette idée que l'homme est tout-puissant et que la femme doit être soumise. Le chant est vu comme une arme de séduction et une femme n'a le droit de séduire qu'une seule personne dans sa vie : son mari. Même si je m'en prends plein la figure en participant...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef