Comme Laura Smet et David Hallyday, Jean-Michel Jarre, qui fête ses 72 ans ce lundi 24 août, a connu de sérieux déboires judiciaires autour de la succession de son père.
Jean-Michel Jarre : pourquoi la succession de Johnny Hallyday a remué de mauvais souvenirs de famille

Jean-Michel Jarre, qui a 72 ans ce lundi 24 août, traverse une période compliquée comme tous les artistes de musique électronique à cause du coronavirus. Mais il a connu des moments encore plus difficiles en 2009, lors de la mort de son père, Maurice Jarre. Il a découvert, comme Laura Smet et David Hallyday, qu'il avait été déshérité au nom du droit américain et que tout revenait à sa belle-mère, Fui Fong Khong, quatrième et dernière épouse du défunt chanteur, via un "family trust". Sauf qu'au contraire des aînés de Johnny Hallyday, la justice française n'a pas donné raison à Jean-Michel Jarre et sa sœur Stéfanie.

En effet, en septembre 2017, la Cour de cassation avait validé la décision de Maurice Jarre de déshériter ses deux enfants, et ce pour plusieurs raisons. Dans son testament, Maurice Jarre avait précisé qu'il écartait "intentionnellement et volontairement" Jean-Michel et Stéfanie de sa succession. Et aucun des enfants ne se trouvait dans une situation de précarité. Cela avait choqué Jean-Michel Jarre, qui s'était exprimé dans une tribune du Parisien à l'été 2018 : "Le droit des héritiers n'est pas seulement une affaire d'argent, il touche des domaines bien plus importants que sont la protection des liens familiaux et, pour les créateurs, le droit moral des artistes."

Jean-Michel et Stéfanie Jarre devant la CEDH

Dans la même tribune, il annonçait ainsi que lui et sa sœur Stéfanie saisissaient la Cour européenne des...

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >