Edouard Philippe, désormais redevenu maire du Havre, va bientôt rejoindre le conseil d'administration d'Atos, un groupe informatique. Avant lui, de nombreuses personnalités politiques ont aussi opéré le basculement vers le privé.
Edouard Philippe, François Fillon : les entreprises s’arrachent leurs carnets d’adresses

La frontière est mince entre le public et le privé. Entre la politique et les affaires. C'est ce que nous prouve Edouard Philippe. S'il reste le maire de Havre, l'ancien Premier ministre va rejoindre dans quelques semaines le conseil d'administration du groupe informatique Atos. Une nouvelle fonction, pour laquelle il s'est dit "très heureux de pouvoir apporter (...) (son) expérience". "C’est pour moi une manière de travailler à nouveau pour l’industrie française et pour un champion européen", a-t-il déclaré auprès des Echos. L'élu vient d'ajouter son nom à une longue liste de femmes et hommes politiques qui ont fini par rejoindre le secteur privé.

Difficile de tous les citer, tant les exemples sont nombreux. Quand il a quitté la présidence de la République, Nicolas Sarkozy a fait plusieurs incursions dans le monde des affaires. Les groupes Bolloré et Lagardère lui ont notamment confié plusieurs missions comme avocat. Surtout, il est devenu en 2017 administrateur du groupe Accor, et depuis cette année, il est membre du conseil de surveillance de Lagardère. Son ancien Premier ministre, François Fillon, s'est vite consolé après sa défaite à l'élection présidentielle, puisqu'il a par la suite rejoint le fonds d'investissement Tikehau-Capital comme senior associate. Société qu'il vient récemment de quitter.

Accord de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

Après sa défaite aux législatives de 2017, Nathalie...

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant