Selon une enquête de Sud-Ouest Chantal Goya et son mari Jean-Jacques Debout auraient bénéficié d'un prêt de plus de 2 millions d'euros du Crédit municipal de Bordeaux, alors même qu'ils étaient interdits bancaire. Joint par le Parisien, l'avocat du couple dit ses clients "très affectés" et prêts à intenter une action en diffamation.
Chantal Goya et son mari soupçonnés d’escroquerie : “Ils sont très affectés"

Ce n'est pas la première fois que le nom de l'inoubliable interprète de Pandi Panda est lié à un scandale judiciaire. Déjà en 2007, la chanteuse et son époux Jean-Jacques Debout avaient été condamnés à 18 mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende pour fraude fiscale. Le couple est à nouveau dans la tourmente depuis les révélations de Sud-Ouest qui a publié le 28 novembre une enquête sur le Crédit Municipal de Bordeaux. L'établissement aurait permis à Chantal Goya et son mari d'obtenir un prêt de 2,2 millions d'euros en avril 2018 alors qu'ils aient été inscrits au fichier central des chèques.

Joint par téléphone le 4 décembre par Le Parisien, l'avocat de Jean-Jacques Debout et Chantal Goya Maître Bellilchi-Bartoli n'a pas contesté l'existence de ce prêt, que les époux ont contracté parce qu'ils étaient très endettés : " Oui, ce prêt existe" a-t-il expliqué. Toutefois, l'homme de loi dément l'existence d'une enquête pénale : "Il n'y a aucune enquête ouverte par le parquet les concernant. S'il y a enquête, elle concerne le Crédit Municipal de Bordeaux". Maître Bellilchi-Bartoli a également tenu à démentir l'une des informations majeures évoquées par Sud-Ouest : "Selon les éléments en ma possession, le couple n'était pas fiché à la banque de France au moment où le prêt a été accordé."

Chantal Goya et son mari, dont les difficultés financières sont connues, n'ont pas souhaité commenté publiquement ces...