Société
Les retombées de Tchernobyl continuent d'empoisonner l'Europe, 30 ans après la catastrophe. La preuve avec ces champignons trouvés en Rhône-Alpes, qui contiennent un taux inquiétant de substances radioactives.
Politique
L'ancien président du Front national, Jean-Marie Le Pen, assure dans une vidéo publiée jeudi avoir été irradié par le nuage de Tchernobyl en 1986.  
Vidéos à la une
Dans Perspectives, cette semaine, différentes télévisions européennes se souviennent de la catastrophe nucléaire du 26 avril 1986, de l'omerta de l'Union soviétique à l'époque, et reviennent sur les lieux du drame... RTS L'Ukraine a marqué mardi le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, pire accident nucléaire de l'Histoire, ayant fait, selon certaines estimations, des milliers de morts et contaminé jusqu'aux trois-quarts de l'Europe. La Radio-télévision suisse romande se remémore cette journée noire. France 3 On a comptabilisé les victimes décédées le jour même. Or des milliers d'autres sont mortes des conséquences de l'exposition aux radiations. Tchernobyl restera comme l'accident nucléaire le plus grave, mais aussi l'un des plus gros mensonges de l'Histoire. France 3 nous raconte ce qui se disait en France en 1986... RAI 3 Fondée en 1970, Prypiat est située à 3 kilomètres de la centrale de Tchernobyl. A l'époque, c'est une fierté de l'Union soviétique, conçue pour héberger les travailleurs de la centrale. Une ville entièrement dévouée à la centrale atomique, aujourd'hui abandonnée. La Rai 3, télévision publique italienne, y est retourné. TVE Sécuriser le sarcophage vieillissant est désormais une priorité, pour l'Ukraine et le reste du monde. Près de 130 millions d'euros ont été débloqués par les institutions internationales pour aider à financer la construction d'une nouvelle arche de confinement. Le point sur ce colossal ouvrage avec la télévision publique espagnole TVE.
Vidéos à la une
Au festival du film de Tribecca, les stars ne sont pas étrangères aux problèmes de leurs pays et du reste du monde. Le sujet dans l'air, c'est...
Vidéos à la une
Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait au cours d'un test de sûreté. On estime qu'environ...
Vidéos à la une
Il y a 30 ans jour pour jour survenait la plus grande catastrophe de l'histoire du nucléaire civil : Tchernobyl. Depuis, Alexander, qui avait 10 ans à l'époque, se bat pour que Pripiat, sa ville natale située à seulement 3 km de la centrale, ne soit pas oubliée. À l'aide d'enregistrements sonores et vidéo, il nous mène sur les traces de son enfance, à travers cette ville fantôme.
Vidéos à la une
Trente coups de cloche ont retenti à Kiev, la capitale de l'Ukraine, dans une église bâtie en mémoire des victimes de la catastrophe de Tchernobyl survenue il y a exactement 30 ans.
Vidéos à la une
Ce sont les premières images de Tchernobyl après l'accident de la centrale nucléaire. Le journaliste Valeryi Makarenko les a tournées depuis un hélicoptère le 12 mai 1986, 16 jours après la catastrophe. Les niveaux de radiations étaient alors des centaines de fois plus élevés qu'aujourd'hui. Il nous explique comment il a réussi à montrer ce qui se passait malgré le blocus du KGB de l'époque : 'Les autorités soviétiques avaient interdit l'accès à toute la zone. Mais, grâce à mes amis de l'aviation, je suis arrivé par hélicoptère, sans autorisation à Tchernobyl. J'ai interviewé le chef de la commission gouvernementale et j'ai préparé le premier reportage sur l'accident du réacteur, sur la manière dont il a été endommagé. Nous avons brisé l'omerta et ensuite, ils ne pouvaient plus arrêter la presse.' 30 ans après la tragédie, Valeryi revient à Tchernobyl en touriste. Il a apporté un dosimètre et teste la radioactivité pour nous, à 300 mètres environ du réacteur n 4, recouvert par le sarcophage, construit à la hâte six mois après la catastrophe. 'Je vérifie maintenant le niveau de contamination radioactive et il est ridicule comparé à ce que c'était en 1986. A présent, il est seulement 5 fois plus important que dans la grande avenue Kreshchatyk au centre de Kiev. C'est le résultat d'un gros travail qui a coûté de nombreuses vies, c'est ce qui a permis d'avoir un tel résultat sur ce territoire.' Le sarcophage a déjà été renforcé à 4 reprises. L'arche, elle, est en construction depuis 2012. Elle doit permettre de sécuriser le site pour le siècle à venir. Dès 2009, le chantier a commencé à s'installer. Il a fallu enlever des tonnes de sables et de terres radioactifs et en rapporter des tonnes d'un peu partout en Ukraine pour que les 2 000 ouvriers du chantier de l'arche travaillent selon des normes acceptables de radioactivité. C'est le consortium Novarka, formé de deux entreprises françaises Bouygues et Vinci, en coopération avec un réseau international de sous-traitants, qui est responsable des travaux. A titre de comparaison, l'arche est plus grande que le Stade de France, peut abriter 4 airbus A380, elle plus haute que la statue de la liberté et pèse 30 000 tonnes... Une structure construite en plusieurs étapes et en deux parties réunies, l'an dernier, avec succès. 'Aujourd'hui, nous en sommes à la dernière phase du processus de construction et nous allons commencer à déplacer l'arche de confinement. C'est le travail de cette année, nous allons placer l'arche au-dessus du réacteur et le 30 novembre, nous aurons achevé tout le travail' explique Viktor Zalezetsky, chef adjoint du projet de l'arche de confinement. Avant d'entamer le roulage de cette superstructure, ils installent nombre d'équipements à l'intérieur de l'arche, équipements qui permettront par la suite de démanteler le sarcophage et ce qui reste du réacteur N 4. Mais avant tout, l'arche de confinement doit préserver la population alentours d'une exposition par inhalation ou ingestion aux poussières radioactives. Elle est conçue pour résister à des ouragans de classe 3 et à des séismes importants, de niveau 6 sur l'échelle de Mercalli (qui mesure l'ampleur des dégâts et l'intensité ressentie des secousses, et pas l'énergie libérée et qui comporte 12 niveaux). A elle seule, l'arche a été estimée à un milliard et demi d'euros. Son fond de financement est géré par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Sur ce chantier, il est aussi question du stockage des fluides radioactifs des réacteurs 1,2 et 3 de la centrale qui ont été arrêtés en 2001. Ces fluides hautement radioactifs devront passer à l'état solide pour être stockés dans des fûts qui seront insérés dans ces structures en béton. Coût de l'opération : 400 millions d'euros. 'Dans ces modules de construction en béton, il y aura des fûts métalliques remplis de liquides radioactifs pour 100 ans. Ces modules de constructions en béton conserveront en toute sécurité ces liquides radioactifs' explique l'ingénieur Andrey Savin. En ce qui concerne ce qui se trouve sous le sarcophage, c'est-à-dire environ 5.000 tonnes de sable, de plomb et d'acide borique, mélangés à plus de 200 tonnes d'uranium du réacteur N 4, la question du stockage n'est pas encore réglée. Et l'arche, reste une première étape, une première mesure de sécurité environnementale, qui n'empêchera toutefois pas complètement les rayonnements gamma. Voici les photos d'Oleg Veklenko qui a travaillé en tant que liquidateur après l'explosion nucléaire : Ci-dessous, les photos de notre journaliste Nataliia Liubchenkova prises dans la zone d'exclusion :
Vidéos à la une
Trente coups de cloche ont retenti peu après minuit près de Tchernobyl pour marquer le trentième anniversaire de la pire catastrophe nucléaire de l'histoire: l'explosion le 26 avril 1986 du quatrième réacteur de la centrale ukrainienne V.I. Lénine. Les survivants se recueillent chaque année dans l'église St. Michael de Slavutych, la ville construite après le drame pour accueillir les près de 350.000 personnes évacuées de ce qui constitue toujours une zone d'exclusion. Natalya, une ancienne salariée de la centrale, est l'une d'entre-elles: 'Je rends hommage aujourd'hui à ces gens, ces employés qui travaillaient avec moi. Je rends hommage à mon fils et mon mari qui nous ont quitté', dit-elle. A Kiev, à une centaine de kilomètres de Tchernobyl, les commémorations vont se poursuivre toute la journée. Si l'explosion n'a fait qu'une trentaine de victimes directes, les effets de la radioactivité auraient provoqué plusieurs milliers de morts prématurées. Le bilan humain fait toujours débat. Un rapport de l'ONU publié en 2005 évoque 4.000 décès dans les pays les plus touchés: l'Ukraine, la Biélorussie et la Russie, alors républiques soviétiques. Pour l'ONG Greenpeace, la tragédie a fait 200.000 morts et contaminé de larges régions d'Europe. Le 'sarcophage' de béton bâti à la va-vite en 1986 au-dessus du réacteur accidenté menace de s'écrouler. Une gigantesque arche en acier financée par la communauté internationale sera opérationnelle fin 2017.
International
Trente ans jour pour jour après la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle, à quoi ressemble la vie autour du site nucléaire ukrainien ? 
Société
Selon le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, "un accident majeur ne peut pas être exclu aussi bien au Japon qu’en Europe". En France, le vieillissement du parc inquiète.
Vidéos à la une
REVUE DE PRESSE. À la une de vos quotidiens, le statut des cheminots remis en question avec la réforme ferroviaire et l'ouverture du rail à la concurrence. Mais le mouvement est-il une menace ? Le 26 avril 1986, il y a trente ans jour pour jour avait lieu le plus grand accident nucléaire européen à Tchernobyl. Enfin le casse-tête de la radicalisation en prison, avec le nouvelle outil de l'administration pénitentiaire pour repérer ceux qui sont prêts à basculer.
Vidéos à la une
Le 26 avril 1986, à 1h23, une intense explosion laissait échapper un nuage radioactif au-dessus du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl. Au petit matin, l'information est tenue secrète. Les habitants de Prypiat ne seront évacués que le lendemain. Pendant ce temps, des hommes, seulement équipés de casques et de tabliers de plomb, travaillaient pour éviter une explosion thermonucléaire.
Vidéos à la une
30 ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, qui a touché l'Ukraine, la Biélorussie, une partie de la Russie et une bonne partie de l'Europe, les commémorations ont débuté ce lundi en Ukraine. Des personnes présentes ont écouté des chants religieux et une marche aux chandelles a eu lieu. Des sirènes retentiront à l'heure précise de l'explosion.
Société
Il y a trente ans jour pour jour avait lieu la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine). Si un tel évènement se produisait demain en France, quels seraient les réflexes à avoir ? 
Vidéos à la une
Il y a 30 ans, une explosion a détruit le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. La zone est aujourd'hui en...
Vidéos à la une
Plusieurs milliers de personnes de nationalité française, suisse et allemande ont manifesté dimanche sur sept ponts du Rhin entre Strasbourg et Bâle, en Suisse, à l'occasion des 30 ans de la catastrophe de Tchernobyl. Ils ont également exigé la fermeture de la centrale de Fessenheim cette année.
Vidéos à la une
C'était il y a 30 ans : le coeur du réacteur n 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, entrait en fusion. Trois décennies après la catastrophe, des militants antinucléaires ont décidé d'investir les ponts qui traversent le Rhin entre la France et l'Allemagne, comme ici à Strasbourg. Un symbole lourd de sens puisque c'est ici que, selon les autorités de l'époque, le nuage radioactif s'était arrêté...
Vidéos à la une
Il s'agit de la plus grande structure terrestre mobile jamais imaginée par l'homme. Depuis plusieurs semaines, les ouvriers s'activent pour construire le sarcophage de Tchernobyl, trente ans après la catastrophe. Ces derniers vivent dans la ville dortoir de Slavoutytch, à 70 km de la ville tristement célèbre. Pour la communauté internationale, la mise aux normes de Tchernobyl est un fardeau estimé à 2,5 milliards d'euros et deux ans et demi d'assemblage nécessaires pour recouvrir l'enceinte. La couverture représente près de 12 terrains de football et est constituée de sept couches.
Vidéos à la une
ARCHIVES - Si l'explosion de la centrale nucléaire a eu lieu le 26 avril 1986, la catastrophe n'a été révélée que plusieurs jours après. Le 29 avril, la question est abordée pour la première fois par TF1 lors du journal de 13h, présenté alors par Yves Mourousi et Marie-Laure Augry.
Vidéos à la une
ARCHIVES - Le 23 avril 1990, quelques jours avant le 4e anniversaire de la catastrophe, survenue le 23 avril 1986, TF1 diffuse son journal de 13h, présenté par Jean-Pierre Pernaut, depuis la centrale nucléaire.
Vidéos à la une
ARCHIVES - Le 29 avril 1986, au lendemain de l'annonce de la catastrophe par l'URSS, le professeur Pellerin, alors patron du Service central de protection contre les rayonnements ionisants, entité du ministère de la Santé, affirme que le nuage radioactif qui se déplace alors vers l'Ouest de l'Europe n'est absolument pas dangereux pour la santé.
Vidéos à la une
Quatre ans de chantier pour l'arche géante de la centrale nucléaire de Tchernobyl. La structure métallique fait 260 mètres de portée et pèsera 35.000 tonnes. Aujourd'hui, les ouvriers équipent l'intérieur de l'édifice. Unis Cadygov, spécialiste des plateformes pétrolières, gère des grues depuis dix ans. Il vante son expérience en Azerbaïdjan.
Vidéos à la une
30 ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, un drone nous montre l'état de ce site, où une construction titanesque a été réalisée...
Vidéos à la une
La construction d'un gigantesque arc d'acier autour de l'ancien réacteur 4 est en cours. Il est censé limiter la radioactivité de ce dernier,...
International
Près de 30 ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, une étude indique que les sols du parc national du Mercantour ont des taux de radiation supérieurs à la normale.
Vidéos à la une
En Chine, dans la province de Shandong, une usine pétrochimique a été réduite en poussière par une déflagration gigantesque. La cause de cet...
Vidéos à la une
La centrale de Tchernobyl semble à l'abri du gigantesque incendie qui la menaçait. C'est en tout cas ce qu'affirment les autorités ukrainiennes. Les pompiers sont parvenus à circonscrire le feu de forêt qui s'est propagé sur près de 320 hectares en quelques jours. 'Le niveau de radiation est normal, a assuré le Premier ministre Yatseniuk. La limite admise est de 50 microroentgen par heure. Dans la zone d'exclusion le niveau n'excède pas 21 microroentgen et à Kiev pas plus de 12.' Autour de la centrale la zone d'exclusion de 30 km est normalement interdite. Mais certains viennent y chasser, pêcher, y faire un barbecue... la cause, peut-être, du sinistre. Cet homme qui habite non loin raconte qu'il voyait la fumée de chez lui. 'Ce que personne ne sait, rajoute-il, c'est le niveau exact des radiations.' Les pompiers craignaient que le feu atteigne la centrale, il a été stoppé à 5 km de là. L'autre risque, c'était que l'incendie touche les stocks de déchets nucléaires enterrés dans le sol. Avec toujours la crainte des radiations, bien sûr. 'Les secouristes ont évacué la population locale, les gens qui ont choisi de rester vivre dans la zone d'exclusion, explique notre correspondant Dmytro Polonsky. Dans le village de Dityatki, qui borde la zone, le niveau de radiation est normal et sûr. Les autorités l'affirment en tout cas.'
Vidéos à la une
Un violent incendie, le plus important feu de forêt en Ukraine depuis 1992, s'est rapproché mardi après-midi de la centrale nucléaire abandonnée de Tchernobyl. Entre 400 et 10.000 hectares ont été détruits selon les sources. Greenpeace s'est inquiété de cette situation. Crédits vidéo/photo : AFP.
Vidéos Insolite
À l’occasion du 29ème anniversaire de Tchernobyl, une équipe de journalistes s’est rendue dans la zone irradiée de Tchernobyl, inhabitée depuis l’explosion de la centrale nucléaire en 1986. Durant leur reportage, les journalistes ont...

Pages

Publicité