Un site internet se propose de donner accès à toutes les scènes de nu du cinéma français. Le classement le plus complet sur le genre est l’œuvre d’un amateur passionné par le sujet.

Publicité

Racoleur, moche, pervers, kitch… Voilà les principaux adjectifs que l’on peut lire concernant le site brenus.net. Il n’empêche, avec un catalogue qui n’a rien à envier à Allociné, le blog de Charlie (pseudo du webmaster) fait le buzz sur la toile. Ce maniaque du nu, ou plutôt « l’esthète » comme il se décrivait lui-même dans une interview aux Inrockuptibles, se targue d’une base de données riche de 772 films, 3 900 scènes, 5 800 collages et surtout 1 820 actrices françaises. De scènes juste un peu olé-olé aux plus torrides, tout y passe pour le plus grand plaisir des cinéphiles avertis.

Les détracteurs de celui qui promeut «  le sujet le plus universel et intemporel dans les arts picturaux, et répond donc aux critères kantiens du beau » sont sans surprise… les principales intéressées, à savoir les actrices qui se retrouvent épinglées sur le site dans des situations forcément compromettantes. Elles  pourraient lui rétorquer une autre phrase du philosophe allemand « Le sublime touche, le beau charme ». En l’occurrence le charme est bien la dernière chose que l’on trouvera sur le blog de Charlie, dont les visuels semblent tout droit sorties d’une série Z façon années 80.

Alors certes, comme disait Baudelaire « le beau est bizarre », mais il est également, et peut-être surtout, payant. Le site ne répertoriant que les collages des scènes, les vidéos sont hébergées sur un autre site, à l’accès payant. Brenus signifiant guerrier en langue celte, la gauloiserie vous en coûtera 77 euros par an, ou « 20 cents par jour : même pas le prix d’un café ». En même temps, quand on parle du beau, on ne compte pas.
 

Ailleurs sur le web

les derniers articles Société

La "police des polices" a perquisitionné ce jeudi le 36 Quai des Orfèvres (Paris) afin de d'élucider une disparition de drogue saisie auparavant. Et ce...

Hier, la "police des polices" (IGPN) a mené une perquisition au 36 Quai des Orfèvres en raison de la disparition de 50 kg de cocaïne.

Publiez votre commentaire

Publicité