Divers travaux réalisés ces dernières années ont identifié une corrélation entre une alimentation naturellement riches en vitamine E ou C, ou encore en flavonoïdes, et un plus faible risque de diabète de type 2. "Mais ces travaux portaient toujours sur des nutriments pris isolément et jamais sur..

Divers travaux réalisés ces dernières années ont identifié une corrélation entre une alimentation naturellement riches en vitamine E ou C, ou encore en flavonoïdes, et un plus faible risque de diabète de type 2. "Mais ces travaux portaient toujours sur des nutriments pris isolément et jamais sur la capacité antioxydante totale de l’alimentation", expliquent des chercheurs de l’Inserm, qui ont voulu vérifier "si l’alimentation dans son ensemble, selon son pouvoir antioxydant, était associée au risque de diabète".

Leur recherche s’est basée sur les données recueillies entre 1993 et 2008 auprès de plus de 60.000 femmes (cohorte E3N) toutes indemnes de diabète et de maladies cardiovasculaires au début du suivi. Des informations détaillées quant à leurs habitudes de consommation étant disponibles, ils ont pu déduire pour chacune d’elle un "score" du niveau d’antioxydants ingérés en moyenne [1].

Publicité
D’autres données (indice de masse corporelle, tabagisme, activité physique, apport énergétique alimentaire global, niveau d’éducation) ont été prises en compte dans l’analyse, afin d’identifier l’impact spécifique des antioxydants sur le...
Lire la suite sur Franceinfo

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :