Très déçu par son élimination au premier tour, le candidat de la France insoumise n’aurait cependant pas abandonné l’idée de jouer un rôle dans la vie politique à l’avenir.

Alors qu’il espérait que sa forte progression des derniers jours dans les intentions de vote le mènerait au second tour, Jean-Luc Mélenchon a finalement dû se contenter d’une quatrième position, derrière François Fillon. Très critiqué pour avoir refusé d’appeler fermement à voter contre le Front national, il a pour l’instant laissé ses militants dans l’incertitude quant à l’avenir de la France insoumise.

Jean-Luc Mélenchon ne semble pourtant pas prêt à laisser tomber ses électeurs. "Nous pouvons être fiers de ce que nous avons entrepris et réalisé. (...) Je vous appelle à rester groupés, à rester en mouvement car les défis que nous avons nommés restent à relever. (...) Vous tous, vous êtes un matin tout neuf qui commence à percer", a-t-il déclaré depuis son QG de campagne au soir du premier tour. Une nouvelle bataille se profile en effet à l’horizon : les élections législatives de juin.

"Jean-Luc Mélenchon va jouer un rôle important dans la bataille des législatives"

Alors qu’il pourrait être difficile pour le futur président d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale, le prochain enjeu de taille aura lieu les 11 et 18 juin. Profitant de la dynamique acquise à la fin de la campagne et des 7 millions d’électeurs qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon, les candidats se présentant sous l’étiquette de la France Insoumise pourraient être nombreux à remporter un siège dans l’hémicycle. Celui qui est encore député européen pourrait alors être au premier plan dans cette bataille. "Jean-Luc Mélenchon va jouer un rôle important dans la bataille des législatives. Il était l'élément moteur de cette campagne", a déclaré Alexis Corbière, son porte-parole, à Francetvinfo.

Publicité
Avec l'échec du Parti socialiste, dont le candidat, Benoît Hamon, n'a remporté que 6,3% des voix soit trois fois moins que Jean-Luc Mélechon, le mouvement des Insoumis pourrait même espérer devenir la force de gauche majeure dans le cadre d’une recomposition politique. D’après Libération, il se murmure même que le leader de la France insoumise pourrait être candidat en Seine-Saint-Denis, un département dans lequel il est arrivé en première position. Dans le cas contraire, il pourrait alors se consacrer pleinement à son mandat de députée européen qui prend fin en 2019.

En vidéo sur le même thème : Pourquoi Mélenchon n’appelle pas à voter Macron ?

mots-clés : Avenir, Futur
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité