Au Trocadéro, le 5 mars, le candidat de la droite à l'élection présidentielle a repris plusieurs passages d'un discours qu'il avait prononcé dix ans plus tôt lorsqu'il était Premier ministre.

© AFP

François Fillon

En pleine tourmente, François Fillon a-t-il été pris de court au moment de la rédaction de son discours du Trocadéro ? Comme l'ont repéré plusieurs médias, le candidat a fait plusieurs emprunts à un discours de politique générale qu'il avait prononcé en 2007, quand il était Premier ministre.

Il y faisait référence à la République qui “n’est que mouvement : si elle tombe, elle se relève, telle Gavroche sur sa barricade”. Dans les deux discours, on retrouve aussi une citation de Camus : “Vivre c’est ne pas se résigner”. Le candidat y déclarait également : “La France n’a jamais fait bon ménage avec le statu quo et les arrangements à la petite semaine”. 

Publicité
Lors du Trocadéro, il a aussi déclaré : "Vous êtes la République, qui fait de chacun de nous le compagnon de l’autre. La République est née de siècles de combat pour faire triompher l’intérêt général." Alors qu'en 2007, il disait pratiquement mot pour mot la même chose : "Et puis il y a la République. Elle fait de chacun d’entre nous le compagnon de l’autre. La République, en France, vient de loin. Elle est née de siècles de combat pour faire triompher l’intérêt général."
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité