Sur la table d’autopsie, le médecin a constaté que le cerveau de l’acteur était étrangement hypertrophié… Retour sur le décès de Bruce Lee avec Planet.fr.

© charanjeet_singh17 / Flickr

Son dernier coup de sabre, c’est dans le crâne que Bruce Lee l’a reçu, lorsque le légiste d’un hôpital de Hong Kong lui ouvre la tête pour évaluer l’état de son cerveau. Le médecin constate alors que le cerveau de l’acteur est hypertrophié, plus gros que la normale, d’environ 15%. Les tissus sont aqueux. Officiellement, l’acteur est déclaré mort d’un œdème cérébral.

Officiellement, c’est une réaction allergique à un médicament transformant son cerveau en une espèce de ballon, qui serait responsable de la mort de l’acteur alors âge de 32 ans. L’œdème est un mot compliqué qui désigne l’accumulation d’un excès de liquide dans les tissus du cerveau. Lorsque survient la crise, la dilation du cerveau, bloqué par les parois du crâne, provoque sa compression et une hypertension intracrânienne. Résultante, une crise d’épilepsie qui aurait emporté le champion d’arts martiaux.

Publicité

De fortes migraines l'après-midi précédentL’après-midi précédent son décès, Bruce se plaint de migraines et avale un cachet d’Equagésic, un analgésique. En fin d’après-midi, la vedette tombe dans une torpeur dont elle ne sortira plus. Transporté à l’hôpital Bruce Lee y décède à 23 heures, selon le rapport officiel. Tout le monde ne croit pas à cette version. Depuis, 1973, la cause de la mort de l’acteur fait l’objet de rumeurs nourries.

Selon certains fans, c’est la mafia chinoise qui l’aurait liquidé. Plus tard, son fils Brandon mourra dans des conditions mystérieuses en recevant une balle sortant du canon d’une arme censée être chargée à blanc. D’aucun y voit une nouvelle intervention des triades chinoises. Quarante ans après sa mort, Bruce continue à être populaire. L’image de l’acteur vient d’être détournée dans une pub ventant une marque de whisky. Elle a suscité la polémique car, si l’acteur consommait parfois du cannabis, il ne buvait en revanche jamais une goutte d’alcool suite à des problèmes d’excès durant sa jeunesse.

Publicité